Enquêtes

Rhône : 850 000 euros de drogues saisis par les gendarmes

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© SR Lyon

La S.R. (Section de Recherches) de Lyon a conduit, fin juin, une vaste opération judiciaire visant une organisation criminelle liée au trafic de stupéfiants. Au total, le bilan de cette enquête, qui s’est déroulée en deux actes, a conduit les gendarmes à saisir pour 850 000 euros de drogues, dont 80 kg de cannabis, ainsi que plusieurs armes à feu. 

Une vaste opération judiciaire a été conduite par la S.R. (Section de Recherches) de Lyon, le 28 juin dernier, à Vaulx-en-Velin, commune située au Nord-est de la métropole lyonnaise. Au total, 150 gendarmes ont été déployés sur ce dispositif, dont plusieurs unités d’intervention, parmi lesquelles des PSIG (Peloton de Surveillance et d’Intervention de Gendarmerie), un PSPG (Peloton Spécialisé de Protection de la Gendarmerie) et le GIGN. Mettre fin aux agissements de la tête d’un réseau criminel, géré par un clan familial, était l’objectif de cet important déploiement de forces.  

Celui-ci fait suite à la découverte, en novembre 2020, d’une quantité impressionnante de produits stupéfiants, dont la valeur totale est estimée à 850 000 euros. Parmi cette marchandise, les militaires ont trouvé 80 kg de cannabis, d’huile dérivée de la plante, ainsi que de la cocaïne. Les gendarmes ont également mis la main sur un véritable pactole : 335 000 euros en espèces, 88 000 euros sur des comptes bancaires, une maison évaluée à 240 000 euros, six véhicules et, enfin, six armes de poing ainsi que deux pistolets-mitrailleurs et leurs munitions.

Au total, dans ce dossier, pas moins de douze personnes ont été mises en examen, dont cinq membres d’une même famille. Dix d’entre elles ont été placées en détention provisoire, les autres sous contrôle judiciaire.

« Family business »

Le premier acte de ce dossier débute donc en novembre dernier, lors d’une perquisition menée par les enquêteurs de la compagnie de gendarmerie de l’Arbresle, dans le Rhône (69), à la suite d’une commission rogatoire pour des vols aggravés. Elle permet de découvrir de grosses quantités de produits stupéfiants, d’argent liquide, ainsi que des armes et des munitions.

Après cette découverte, le parquet du tribunal judiciaire de Lyon charge la S.R. de la ville de mener l’enquête. L’affaire entre alors dans sa seconde phase. Elle mènera les limiers à révéler l’existence de cette organisation criminelle, gérée par un clan familial donc, et fonctionnant comme une entreprise d’import-export : ses membres organisent la logistique, le ravitaillement, la vente via des comptes Snapchat et le blanchiment de quatre points de deals importants, implantés dans le Quartier de reconquête républicaine (QRR) de Vaulx-en-Velin. Les investigations permettent également de matérialiser la réalisation de plusieurs voyages en Espagne et aux Pays-Bas, effectués par les trafiquants au cours de l’année 2020.

Les résultats précis de cette minutieuse enquête ont pu être obtenus grâce à l’appui du Groupement de gendarmerie du Rhône, du GIRP (Groupe Interministériel de Recherches Police) de Lyon, ainsi que du GIGN.

Selon le Code pénal, la tête de ce réseau criminel risque la réclusion criminelle à perpétuité. Les autres membres de l’organisation encourent, quant à eux, une peine de dix ans de prison. Concernant les armes à feu, le fait d’en détenir sans autorisation est passible de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 75 000 euros.