Enquêtes

Un trafic d’armes démantelé à Lyon

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© S.R. Lyon

Fruit d’une enquête menée depuis l’automne dernier par l’Office central de lutte contre le crime organisé et la section de recherches de Lyon, avec notamment l’appui déterminant de la Force observation recherche du GIGN et celui des groupements de gendarmerie départementale du Rhône, de la Loire et de l'Isère, une opération interservices, lancée simultanément en région Rhône-Alpes et au Portugal, a permis d’interpeller 14 malfaiteurs soupçonnés d’être impliqués dans une série de braquages d’armureries en France et en Suisse.

Une vaste opération de police judiciaire, menée conjointement par la Section de recherches (S.R.) de Lyon et l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO), a permis d’interpeller, ce mardi 9 mars, quatorze individus soupçonnés d’être à l’origine de plusieurs vols et tentatives de vols, commis en France et en Suisse, au préjudice d’armureries.

Depuis l’automne dernier, ce sont ainsi plus de 450 armes de poing et fusils d’assaut qui ont été dérobés, pour être écoulés dans les agglomérations marseillaise, lyonnaise et grenobloise, au profit du grand banditisme.

Cambriolages en série

L’enquête démarre en deux temps : début septembre 2020, l’OCLCO est saisie par la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Nancy, après un vol commis dans une armurerie située sur le canton de Bâle, en Suisse. Plus de 200 armes, dont 22 fusils d'assaut, sont alors dérobées par un groupe de cinq à six individus circulant à bord de véhicules de grosses cylindrées noirs.

Un mois plus tard, le 5 octobre, le même commerce est victime d’un nouveau braquage, selon le même mode opératoire : les malfaiteurs repartent cette fois avec plus de 130 armes de poing, fusils d'assaut et fusils d'épaule, ainsi que 67 lots de munitions. La JIRS du Rhône saisit la S.R. de Lyon de ces nouveaux faits, que viendra grossir un nouveau cambriolage, commis neuf jours plus tard, au préjudice d’une armurerie implantée dans le Jura. De nouveau, les malfaiteurs font main basse sur une importante quantité d’armes : 110 fusils et carabines, ainsi que 2 500 cartouches.

La série ne s’arrête pas là, puisqu’une tentative de vol est enregistrée fin octobre, en Suisse, sur le canton d’Argovie. Cette fois, les véhicules utilisés, toujours faussement immatriculés, sont équipés de gyrophares bleus. Mais les individus sont surpris par l’armurier. S’en suivent des échanges de coups de feu, au cours desquels l’un des voleurs sera blessé. La suite de l’enquête permettra d’attribuer ce nouvel épisode à la même équipe criminelle.

Techniques spéciales d’enquête : la force de la FOR

À l’exploitation des traces et indices retrouvés sur les scènes de crime et aux rapprochements effectués par des analystes criminels, viennent s’ajouter les opérations de surveillance, qui ont bénéficié de l’appui opérationnel déterminant de la Force observation recherche (FOR) du GIGN et de la Brigade de recherche et d'intervention de la police nationale.

Leurs techniques rodées permettent de cibler, d’identifier et de suivre une dizaine de malfaiteurs chevronnés, résidant dans le Rhône (Irigny, Vernaison, Corbas, Bron et Vaulx-en-Velin) et dans l’agglomération grenobloise.

L’enquête française bénéficie également de la coopération des autorités suisses des cantons de Bâle, d’Argovie et de Vaud, qui sont d’ailleurs dessaisies des faits criminels survenus sur leur territoire au profit de la JIRS de Lyon.

En novembre dernier, les investigations, réalisées avec l’appui du GIGN, permettent de suspecter la préparation d’un braquage de fourgon blindé, mais le projet des malfaiteurs ne verra pas le jour.

En revanche, début décembre, lors d’une opération judiciaire, une saisie incidente permet aux gendarmes de la S.R. de Lyon de mettre la main sur neuf fusils d’assaut en provenance du cambriolage commis début octobre en Suisse. Dans le même conteneur, une arme de poing, des brouilleurs et un gyrophare sont également saisis.

Vaste coup de filet en France et au Portugal : 14 interpellations

Les enquêteurs, appuyés par les groupements de gendarmerie départementale du Rhône, de la Loire et de l'Isère, continuent de matérialiser les faits, et le 9 mars dernier, un vaste coup de filet est opéré par la S.R. de Lyon et l’OCLCO, avec l’appui du GIGN, de la BRI nationale, des BRI de Lyon et de Marseille, ainsi que des militaires du groupement de gendarmerie départementale du Rhône, dont une équipe cynophile.

L’opération, simultanément lancée en France et au Portugal, sous l'autorité de la JIRS de Lyon, mobilise ainsi près de 80 personnels des forces de sécurité intérieure. Treize suspects sont interpellés en France, à leurs domiciles respectifs, tandis qu’un quatorzième individu est appréhendé au Portugal, grâce à la coopération avec les autorités locales.

Lors des perquisitions, les enquêteurs retrouvent plusieurs armes d’épaule volées en Suisse, ainsi qu’une Kalachnikov, des munitions, 1,8 kg de cannabis, 250 000 euros en espèces, des documents matérialisant le trafic, ainsi que du matériel utilisé pour commettre les cambriolages et réimmatriculer les véhicules utilisés lors de leurs périples criminels.

À l’issue des gardes à vue, douze des individus interpellés ont été mis en examen et incarcérés, dont un placé en détention au Portugal, pour association de malfaiteurs et cambriolages en bande organisée.