Enquêtes

Une vaste opération anti-stupéfiants menée dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Du 7 au 13 mai dernier, près de 1 785 gendarmes ont été déployés dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes pour lutter contre les trafics de drogues. Générant plus de 235 contrôles dans la région, l’opération coordonnée a permis de relever 220 infractions en la matière, mais aussi de saisir plus de 3,5 kg de stupéfiants et 4 600 euros.

Durant toute une semaine, l’ensemble des gendarmes de la région Auvergne-Rhône-Alpes s’est mobilisé pour mener à bien l’Opération coordonnée de lutte contre les STupéfiants en Auvergne-Rhône-Alpes, dite « OSTARA ».

S’inscrivant ainsi dans la priorité gouvernementale en faveur de la protection de la santé publique et contre l’insécurité générée par l’économie souterraine, 1 785 gendarmes issus des douze groupements de gendarmerie de la région ont été déployés sur le terrain. Parmi eux, des gendarmes des unités territoriales, de recherches, d'intervention, mobiles, mais aussi une dizaine d’équipes cynophiles permettant de détecter plus facilement le transport de stupéfiants, ainsi que quatre sections de recherches prêtes à se saisir à tout moment pour mener des investigations judiciaires et démanteler d’éventuels trafics d’ampleur.

© D.R.

L’activation d’un Centre zonal des opérations (CZO) a permis de coordonner leur action sur le territoire de la deuxième plus grande région de France. Dans le cadre des réquisitions judiciaires accordées par les 21 parquets concernés, 235 contrôles ont ainsi été menés sur des points pré-identifiés comme potentiels points de deals, sur les axes routiers et sur les voies navigables, ainsi que dans les gares. Pour la préparation en amont de l’opération ou sur le terrain lors de sa réalisation, les militaires ont également coopéré avec des partenaires tels que les douanes, l’Office anti-stupéfiants (OFAST), les cellules départementales de renseignement opérationnel sur les stupéfiants (CROSS), la police aux frontières, ou encore la police suisse sur les points frontaliers.

© D.R.

Cette opération coup de poing a permis de relever pas moins de 220 infractions liées aux stupéfiants et de dresser parmi celles-ci 80 amendes forfaitaires. Les gendarmes ont également saisi 3,5 kg de cannabis, de cocaïne et d’héroïne, ainsi que la somme de 4 600 euros issus de trafics. En outre, en contrôlant les revendeurs et les consommateurs, les militaires ont pu récolter des renseignements précieux, qui pourront éventuellement leur permettre « de rebondir pour résoudre des enquêtes au long cours », a expliqué l’officier communication de la région Auvergne-Rhône-Alpes à France 3. En 2020, 11 400 infractions liées aux stupéfiants avaient déjà été relevées par les gendarmes de la région, dont 1 115 trafics démantelés.