Enquêtes

Voleurs de parfums : les gendarmes ont le nez creux

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Gendarmerie nationale

Le 1er mars dernier, sept malfaiteurs ont été interpellés par les gendarmes de l'OCLDI, en flagrant délit de vol d'un chargement de matériel hi-fi. La fin d'un long périple pour ces malfrats, soupçonnés de trois autres actes similaires commis dans trois autres départements, dont l’un pour un préjudice de 150 000 euros.

Parfums Dolce&Gabbana, Narciso Rodriguez, Issey Miyake et Diesel, Champagne, home cinéma et vêtements de grandes marques. Tel est le butin amassé par un groupe de sept malfaiteurs. De septembre 2019 à octobre 2020, ces derniers ont commis pas moins de trois vols, dans trois départements différents.

Pendant un an, ils ont ciblé les chargements des remorques de poids lourds. Le phénomène est décelé en janvier 2020, dans l'Eure-et-Loir (28), quand une cargaison de divers parfums de grandes marques, d'une valeur de 150 000 euros, est dérobée.

Les investigations, alors conduites sous l’autorité du procureur de la République de Chartes, dans le cadre d’une enquête préliminaire, permettent de découvrir un second fait commis plusieurs mois auparavant, à la fin de l'été 2019, à Jargeau, dans le Loiret (45). Usant du même mode opératoire, les individus s'étaient alors emparés d'un fret de parfums Diesel.

Ils récidivent fin octobre 2020, dans l'Aube (10). Cette fois, les malfaiteurs raflent une cargaison contenant du champagne et des vêtements.

Un modus operandi bien ficelé

Rapidement, les enquêteurs constatent que le mode opératoire est le même sur chacun des méfaits. Dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au tribunal judiciaire de Chartres, une cellule nationale d'enquête est donc créée pour mettre un terme à ce phénomène. Baptisée « OCLDI FRET 28-45 », elle est composée d'enquêteurs du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) d’Eure-et-Loir, de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et de la Section de recherches (S.R.) d’Orléans.

Les investigations menées par cette cellule, appuyées par des analyses de la gendarmerie scientifique et confortées par des surveillances et du recueil de renseignements, permettent d’identifier, dans le langage des enquêteurs, un Groupe criminel organisé itinérant (GCOI). Il s’agit d’une bande de sept malfaiteurs. L’un d’eux, multirécidiviste et spécialiste chevronné de ce type de faits, rayonne depuis la région parisienne.

Jeu de plaques d'immatriculation, brouilleurs d’ondes et scanner

Les gendarmes vont donc attendre que l’équipe criminelle passe de nouveau à l'action pour la prendre en flagrant délit. Grâce aux renseignements recueillis, ils parviennent à anticiper son prochain coup. Le 1er mars 2021, un dispositif opérationnel de 45 gendarmes de l’OCLDI, du GGD 28 et de la S.R. d’Orléans, appuyés par des équipes cynophiles, permet ainsi d’observer un quatrième vol de fret. Cette fois-ci, l'objectif des malfrats est une remorque contenant un important chargement de matériel hi-fi. Les sept mis en cause, tous préalablement identifiés, sont interpellés à l’issue de leur périple criminel.

Les perquisitions amènent la découverte de matériels et d’accessoires utilisés pour commettre les vols (jeu de plaques d'immatriculation, brouilleurs d’ondes, téléphones satellites, talkies-walkies, scanner, etc.). Une partie des marchandises dérobées (420 bouteilles de Champagne, vêtements) est également retrouvée. Les véhicules impliqués dans la commission des faits (un scooter, une voiture et deux camions) sont également saisis, ainsi que 4 000 euros en numéraire et 12 000 euros sur les comptes bancaires au titre des avoirs criminels.

À l’issue de leur garde à vue, les sept mis en cause ont été présentés au magistrat instructeur. Mis en examen, cinq d'entre eux ont été écroués et les deux autres placés sous contrôle judiciaire.