Enquêtes

Bretagne : démantèlement d’un trafic international de stupéfiants

Auteur : Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Région de gendarmerie de Bretagne

Samedi 5 mars, les enquêteurs de la gendarmerie de Bretagne ont interpellé cinq individus soupçonnés de participer à un trafic de stupéfiants. D’importantes saisies ont été réalisées.

Une vaste opération judiciaire, coordonnée par un magistrat instructeur de Brest, a été déclenchée à Brest, le 5 mars 2022. Elle faisait suite à des investigations initiées en 2021, diligentées sous la forme d'une enquête préliminaire, sous le contrôle du parquet de Brest, puis sur commission rogatoire, sous la direction d’un juge d’instruction. Une cellule nationale d’enquête était alors constituée, composée de membres de la Section de recherches (S.R.) de Bretagne, de la S.R. de la gendarmerie maritime, du groupement de gendarmerie départementale du Finistère et du Groupe interministériel de recherches (GIR) de Bretagne.

Interpellations en milieu ouvert

Samedi 5 mars, des éléments laissant présager une transaction potentielle imminente entre l’un des principaux acteurs du réseau et un fournisseur issu des cités brestoises étaient révélés. Cet acteur principal était suspecté de disposer d’un réseau de mules en provenance de Guyane, dont l’une venait d’arriver dans le Finistère trois jours auparavant.

Un dispositif opérationnel, composé de 60 militaires de la gendarmerie, dont l’antenne GIGN de Caen, était alors mis en place pour démanteler ce trafic. Il a permis l’interpellation en milieu ouvert de l’individu principal, puis celle de la mule et, enfin, celle du fournisseur. Au total, cinq individus, dont une femme, ont été placés en garde à vue.

Des résultats concluants

À la suite des interpellations, d’importantes saisies d’avoirs criminels, dont 21 550 € en numéraire et 450 050 € sur des comptes bancaires, ont été réalisées. Une arme de poing et des munitions, ainsi que 1,02 kilogramme de cocaïne d’un haut degré de pureté ont également été saisis par les enquêteurs.

À l'issue de leur garde à vue, quatre personnes ont été présentées au juge d’instruction. Trois ont été mises en examen des chefs d'acquisition, détention, transport, offre ou cession de stupéfiants, importation de stupéfiants, de participation à une association de malfaiteurs et de blanchiment. Elles ont été incarcérées.

La quatrième personne a été mise en examen des chefs d'acquisition, détention, transport, offre ou cession de stupéfiants, importation de stupéfiants et de participation à une association de malfaiteurs. Elle a été placée sous contrôle judiciaire.