Enquêtes

Interception d’un go-fast sur l’A10 : 558 kg de cannabis saisis

Auteur : le chef d'escadron Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R.

À la suite d’une première saisie, fin 2021, et après des investigations minutieuses, les militaires du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), de la Section de recherches (S.R.) d’Orléans et de la Brigade de recherches (B.R.) de Lucé ont intercepté un go-fast, le 10 mars dernier, transportant plus d’une demi-tonne de résine de cannabis.

Rien ne sert de courir, il faut partir sans drogue ! Une morale qui ne semble toujours pas intégrée par ces malfaiteurs. En fin d’année 2021, faisant suite à un contrôle douanier réalisé au péage de Janville, sur l’A10, une première saisie importante est réalisée par la Brigade de recherches (B.R.) de Lucé, avec 343 kg de résine de cannabis retrouvés à bord du véhicule. Une information judiciaire est alors ouverte par le tribunal judiciaire de Chartres et confiée à la B.R., en co-saisine avec la Section de recherches (S.R.) d’Orléans.

Après un long travail d’enquête, de surveillance et de recueil de renseignements, les gendarmes mettent en évidence l’imminence d’une livraison de stupéfiants provenant d’Espagne. Aussi, le 10 mars dernier dans la matinée, une opération coordonnée est déclenchée par le GIGN, permettant d’intercepter, au niveau de Châtellerault, le véhicule ouvrant la marche et celui transportant la matière. Dans le même temps, deux interpellations domiciliaires sont réalisées par des militaires du Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG) de Dampierre-en-Burly et des groupements d’Eure-et-Loir et des Yvelines.

Un coup de filet qui porte largement ses fruits, puisque les gendarmes saisissent la panoplie du parfait malfaiteur : 558 kg de résine de cannabis, pour une valeur marchande d’environ 4,5 millions d’euros, 11 véhicules, près de 120 000 euros en numéraire, de nombreux articles de luxe, mais aussi une machine à frapper les plaques d’immatriculation, des plaques vierges et une compteuse à billets.

Les quatre mis en cause ont été présentés au magistrat instructeur le 13 mars dernier. Ils ont été mis en examen et placés en détention provisoire en attendant leur jugement.