Enquêtes

Les gendarmes démantèlent un trafic international de bijoux en or

Auteur : le chef d'escadron Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés
Après plus de dix mois d’investigations sous l’égide de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et de la Section de recherches (S.R.) de Paris ont mis un terme à un trafic d’or entre la France, la Belgique et les Pays-Bas. Une affaire dont le préjudice est estimé à près de 4 millions d’euros.

Le filon vient de se tarir brutalement pour cette organisation criminelle internationale. Il y a deux ans, l’OCLDI avait démantelé un groupe de malfaiteurs se faisant passer pour de faux policiers dans tout le grand ouest. Ces derniers vérifiaient soi-disant si des personnes âgées avaient été victimes de cambriolages pour mieux les voler en réalité. Suite à cette opération judiciaire, les enquêteurs avaient découvert qu’une famille domiciliée en Seine Saint Denis (93) se chargeait du recel des bijoux volés.

Dès lors, quelques mois plus tard, la JIRS de Paris avait ouvert une enquête, confiée à l’OCLDI et à la S.R. de Paris, pour recels en bande organisée de vols en bande organisée, de blanchiment en bande organisée et d’association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes et délits punis de dix ans d’emprisonnement.

Une famille en or

Durant leurs investigations, les gendarmes se sont vite aperçus que cette famille avait un train de vie particulièrement fastueux et un patrimoine immobilier important, sans pour autant faire un lien avec une activité licite qui le justifierait. Coopérant avec les autorités belges et néerlandaises, ils ont finalement compris d’où provenait cet enrichissement.

© D.R.

De nombreuses équipes de voleurs se présentaient aux domiciles franciliens du clan pour leur remettre les objets dérobés que la famille revendait ensuite à deux grossistes en Belgique et aux Pays Bas. Effectuant des voyages tous les 15 jours pour leur apporter 3 à 5 kg d’or, les mis en cause auraient ainsi transporté au total plus de 70 kg soit un préjudice estimé à 3 850 000 euros.

Fin de la ruée

Profitant d’un des déplacements de la famille vers les Pays Bas, les gendarmes ont procédé à une première vague d’interpellations, le 21 juin dernier, dans le nord de la France. Quatre membres de ce clan ont ainsi été arrêtés en possession de 4,5 kilos de bijoux en or. Les perquisitions réalisées aux domiciles des individus ont permis de saisir également un butin bien plus important avec plusieurs centaines de produits de luxe, 48 000 euros et deux véhicules haut de gamme, une Porsche et une Panamera.

Au total, sept personnes ont été placées en garde à vue et cinq d’entre elles ont été placées en détention provisoire.

Le 28 juin dernier, une seconde opération judiciaire a été menée s’agissant du volet blanchiment de la procédure. Une perquisition a eu lieu au siège d’une société de comptabilité et consultation dont la gérante et deux de ses employées ont été placés en garde à vue. La famille était bien entourée puisque l’enquête a démontré l’existence d’un vrai circuit de placement, de dissimulation et de justification mensongère de l’origine des biens.