Enquêtes

Sarthe : démantèlement d’une vaste escroquerie aux voitures électriques

Auteur : le chef d'escadron Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Freepik

Les militaires du groupement de gendarmerie départementale de la Sarthe ont interpellé, fin 2021, deux individus suspectés d’avoir conclu la vente de plusieurs centaines de véhicules électriques et hybrides sans jamais les livrer. Le préjudice des professionnels de l’automobile victimes de cette fraude s’élèverait à plus d’un million et demi d’euros.

Alors que l’Union européenne souhaite interdire la vente de tous les véhicules thermiques dès 2035 pour atteindre ses objectifs en termes d’émission de CO2, deux hommes ont profité de cette annonce pour organiser une fraude de grande ampleur.

Vendre des véhicules fantômes…

Entre février 2019 et juillet 2020, ils sont parvenus à vendre plusieurs centaines de véhicules à une quinzaine de professionnels sur l’ensemble du territoire, leur promettant des exonérations fiscales liées au dispositif de bonus écologique. Problème : si les acheteurs ne perçoivent ni le bruit, ni l’odeur des voitures, ils n’en voient pas non plus la couleur, puisque celles-ci ne sont jamais livrées, les deux comparses évoquant des difficultés avec leurs fournisseurs ou affréteurs.

Les victimes finissent par faire pression en médiatisant notamment l’affaire à travers l’émission « Ça peut vous arriver », animée par Julien Courbet. Le principal mis en cause prend peur et part se réfugier dans les Pyrénées-Orientales, espérant se faire oublier.

Mais c’était compter sans l’enquête méticuleuse des gendarmes de la brigade de Sablé-sur-Sarthe, appuyés par la Cellule de lutte contre le travail illégal et la fraude (CELTIF) du groupement. Saisis fin 2020, par le parquet du tribunal judiciaire de Saint-Brieuc (22), pour des faits d’abus de confiance à Vion (72), ils découvrent l’ampleur de l’arnaque lorsque plusieurs plaintes sont transmises au parquet du tribunal judiciaire du Mans, qui se saisit de l’ensemble des faits.

pour mener grand train

D’après les investigations, le suspect principal aurait œuvré sous différentes enseignes, entre 2018 et 2020, avec l’aide d’un complice demeurant à Carqueiranne (83). Les deux hommes se seraient fait connaître à travers plusieurs salons de professionnels et auraient fait croire qu’ils étaient en capacité de céder des flottes de véhicules neufs électriques et hybrides en contournant les règles édictées par le dispositif « bonus écologique ».

Plusieurs clients se laissent séduire et versent des arrhes équivalant à plus d’un million et demi d’euros. L’argent détourné permet au suspect principal de vivre avec faste, mais aussi d’investir avec son ami dans un autre secteur. Par ailleurs, il omet sciemment de déclarer son activité, faisant subir un préjudice de plusieurs centaines de milliers d’euros à l’Urssaf.

Fin 2021, les gendarmes parviennent à interpeller les deux individus et leurs compagnes en lançant une opération coordonnée en différents points du territoire. Le principal suspect est placé sous contrôle judiciaire en attendant le jugement. Les deux hommes sont poursuivis pour blanchiment et escroquerie en bande organisée, association de malfaiteurs et travail dissimulé. Ils devront comparaître le 28 mars prochain devant le tribunal correctionnel du Mans.