Guyane : décès de trois militaires de l’armée de Terre engagés sur l’opération Harpie

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Trois militaires français sont décédés accidentellement, mercredi 17 juillet, en Guyane, au cours d’une mission de lutte contre l’orpaillage illégal.

L’Armée de Terre déplore le décès accidentel du sergent-chef Edgar Roellinger, du caporal-chef de première classe Mickaël Vandeville et du caporal-chef de première classe Cédric Guyot, du 19e Régiment du Génie de Besançon, lors d'une mission dans le cadre de l'opération Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane.

Mercredi 17 juillet, alors que les militaires du 19e Régiment du Génie s’apprêtaient à disposer des charges explosives pour détruire les installations souterraines des orpailleurs, dans une zone isolée du sud-ouest guyanais, huit d’entre-eux ont été victimes d’émanations toxiques au fond d’une galerie.

Immédiatement évacués et pris en charge par les premiers secours rapidement mobilisés sur place, trois militaires sont décédés. Les cinq autres ont été évacués à Cayenne, où ils ont été hospitalisés. L'un d'entre eux est dans un état grave.

Le secteur de l’opération Harpie où s’est produit l’accident se situe au sein du Parc amazonien de Guyane, vaste espace protégé, dont les chiffres relatifs aux sites aurifères illégaux demeurent toujours très élevés. Fin janvier, 123 sites alluvionnaires et 9 sites d’extraction d’or primaire avec puits avaient été identifiés lors d’une mission de survol du parc. Il s’agit des chiffres les plus élevés de ces onze dernières années.

La gendarmerie nationale s’associe à l’armée de Terre et au 19e Régiment du Génie et présente ses sincères condoléances aux familles des trois militaires décédés, à leurs proches et à leurs frères d’arme.