La brigade de recherches d’Auxerre démantèle un réseau de prostitution

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

Six personnes ont été interpellées, le 24 juin dernier, par la brigade de recherches d’Auxerre, dans le cadre d’une enquête portant sur des faits de proxénétisme aggravé et de traite d'êtres humains. Deux d’entre elles ont été mises en examen et placées en détention provisoire.

L’enquête de la brigade de recherches d’Auxerre débute en juin 2018, quand l’activité de prostituées d’origine bulgare est détectée sur plusieurs communes proches d’Auxerre, notamment à Pourrain, Augy et Migennes, ainsi que sur la RN 77, entre Auxerre et Troyes.

Proxénétisme aggravé et traite d'êtres humains

Les surveillances physiques et techniques mises en œuvre par les enquêteurs révèlent que ces prostituées sont hébergées et véhiculées vers leurs divers lieux de prostitution, par les membres d’une même famille, d’origine bulgare et domiciliée à Auxerre.

Le 24 juin dernier, six mis en cause sont interpellés. Six prostituées, âgées de 20 à 40 ans, sont également entendues. Leur audition, ainsi que celle d’autres témoins, permet de confirmer les pressions physiques ou psychologiques exercées par les proxénètes pour les contraindre à se prostituer et à leur reverser le produit de leur activité.

Dès lors, le parquet d’Auxerre a ouvert une information judiciaire des chefs de proxénétisme aggravé et de traite des êtres humains.

Deux des six personnes interpellées, une femme de 54 ans, déjà connue des services, et son neveu, âgé de 29 ans et sans antécédent, ont été mises en examen et placées en détention provisoire. Tous deux encourent une peine de 10 ans d’emprisonnement.

Lutte contre la traite des êtres humains : une formation interprofessionnelle innovante

Alors que plus d’un millier de victimes de Traite des êtres humains (TEH) ont été identifiées en France, en 2018, cinquante professionnels ont expérim..

Lire la suite...