Les boissons alcoolisées interdites sur les bivouacs des gorges de l'Ardèche

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Sirpa Gend - MAJ. F. Balsamo
© Tous droits réservés

La préfecture de l'Ardèche a pris un arrêté interdisant temporairement, du 1er mai au 30 septembre 2019, la consommation de boissons alcoolisées sur les bivouacs de Gaud et de Gournier, afin de lutter contre les nombreux accidents engendrés par l'ivresse.

Il y a des règles à respecter dans les Gorges de l’Ardèche, comme l’interdiction du camping sauvage dans la réserve. Seuls les bivouacs officiels de Gaud et de Gournier, sur la commune de Saint-Remèze, sont autorisés. Ils peuvent accueillir chacun jusqu’à 250 personnes par jour, avec une tolérance à 500 certains samedis. Ainsi, de Pâques à fin septembre, près de 35 000 personnes en moyenne y transitent.

La réglementation de la réserve s’applique : respect de la faune, de la flore et de la quiétude du site.

Depuis 2010, afin d’éviter les nombreux débordements et accidents engendrés par l'ivresse, un arrêté préfectoral temporaire interdit la consommation et la présence d’alcool pendant la période de forte fréquentation du site, du 1er mai au 30 septembre.

Cet arrêté préfectoral, en vigueur depuis mercredi dernier, interdit ainsi la distribution à titre gratuit de boissons alcoolisées des groupes 3,4 et 5 sur les bivouacs de Gaud et de Gournier. Il interdit également aux "randonneurs et aux utilisateurs d’embarcations de détenir des boissons alcoolisées aux fins de consommation sur les aires de bivouacs concernées ou sur le domaine fluvial".

Dans son communiqué de presse, la préfecture souligne que des contrôles seront effectués régulièrement et que le non-respect de cette interdiction fera l’objet de sanctions.

Le respect de cette interdiction n’entre pas dans les prérogatives des policiers de l’environnement assermentés au titre de la réserve, mais dans celles des gendarmes de la communauté de brigades de Vallon-Pont-d'Arc, qui conduisent régulièrement, tout au long de la saison estivale, sur réquisition du procureur de la République, des contrôles inopinés, à la recherche de stupéfiants, mais surtout d’alcool, dans les canoës et les bidons de transport.

Une présence régulière permettant d'éviter le retour des mauvaises habitudes, et ainsi de garantir la tranquillité des lieux et surtout la sécurité des usagers.