#AntiStup : démantèlement d’un trafic d’héroïne et de cocaïne en Ille-et-Vilaine

Auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GGD35

Peu de temps après avoir mis au jour l’existence d’un trafic d’héroïne et de cocaïne sur la commune de Vitré, en Ille-et-Vilaine, les gendarmes ont interpellé le trafiquant ainsi que sa compagne. Les deux mis en cause ont été jugés en comparution immédiate et condamnés.

Quelques jours seulement après avoir identifié l’existence d’un trafic d’héroïne et de cocaïne sur la commune de Vitré, en Ille-et-Vilaine, les enquêteurs de la section de recherches de Rennes et du groupement de gendarmerie départementale d'Ille-et-Vilaine, appuyés par des gendarmes de la compagnie de Vitré et l’équipe cynophile de la compagnie de Rennes, mettent en place un dispositif de surveillance dans un lieu connu pour abriter ce type d’activités illicites.

Cette opération judiciaire, déclenchée le 9 septembre, permet ainsi d’interpeller le trafiquant présumé, un homme de 40 ans, originaire du Cameroun, déjà condamné pour divers délits, ainsi que sa compagne de 26 ans, originaire du département, inconnue de la justice.

L’individu est arrêté en possession de 350 € en numéraire et de deux petits sachets d’herbe de cannabis. Les gendarmes mettent également la main sur 100 g d’héroïne, 40 g de cocaïne et 350 € en numéraire dans un sac dissimulé à proximité immédiate du point de revente. Des saisies qui se poursuivent lors de la perquisition réalisée au domicile du trafiquant présumé.

Ainsi, au total, lors de cette opération, les enquêteurs confisquent 153 grammes de cocaïne, 556 grammes d'héroïne et 200 grammes de cannabis, ainsi que la somme de 2 650 € en numéraire.

L’audition des deux clients interpellés lors de l’opération contribue par ailleurs à confirmer le trafic de produits stupéfiants.

À l'issue de leur garde à vue, le mis en cause et sa compagne sont déférés au parquet de Rennes le 11 septembre. Dans l’attente de l'audience de comparution immédiate, fixée au 15 septembre, ils sont respectivement placés en détention provisoire et sous contrôle judiciaire.

Le 15 septembre, le tribunal correctionnel condamne le trafiquant à une peine de 18 mois d'emprisonnement, dont 6 mois assortis d'un sursis probatoire d'une durée de deux ans, avec maintien en détention, des chefs de détention, acquisition, transport, emploi, offre ou cession non autorisée de produits stupéfiants pour l'homme. Une peine de 5 mois d'emprisonnement assortis d'un sursis simple est prononcée à l’encontre de la jeune femme, du chef de détention non autorisée de produits stupéfiants. Le tribunal correctionnel ordonne par ailleurs la confiscation de l'argent saisi.