Couvre-feu à 18 heures sur l’ensemble du territoire métropolitain à compter de samedi 16 janvier

Auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.

En vigueur à ce jour dans 25 départements, le couvre-feu à 18 heures va être généralisé à l'ensemble du territoire métropolitain pour au moins quinze jours à compter de samedi. Par ailleurs, les conditions d’entrée sur le territoire vont être durcies et les contrôles aux frontières renforcés.

Face à une situation qu’il a qualifiée de « maîtrisée » au regard de ce qu’il se passe dans les pays voisins, mais de « fragile » en raison de la circulation active du virus sur notre territoire et de l’émergence de nouvelles souches, le premier Ministre, Jean Castex, a annoncé, ce jeudi soir, lors de la conférence de presse du gouvernement, une généralisation du couvre-feu à 18 heures sur l’ensemble du territoire métropolitain. Celui-ci s’appliquera à compter de samedi 16 janvier, 18 heures, pour une durée d’au moins 15 jours.

Les dérogations seront les mêmes que celles actuellement applicables pour le couvre-feu à 20 heures : « Elles permettent notamment de revenir du travail ou d'aller chercher ses enfants à l'école ou à la crèche, mais il ne sera pas possible de sortir pour des raisons personnelles. De même, sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou service recevant du public seront fermés à 18 heures », a précisé le Premier ministre.

Ce renforcement du couvre-feu se veut « une réponse graduée et proportionnée au risque épidémique », permettant d’exclure, à ce jour, la mise en place d’un nouveau confinement, qui pourrait toutefois intervenir « si nous constatons une dégradation épidémique forte. »

Jean Castex a également annoncé que les établissements scolaires seraient maintenus ouverts.

Test PCR obligatoire pour les voyageurs en provenance d’un pays extérieur à l’U.E.

Le Premier ministre a également annoncé le durcissement des conditions d'entrée sur le territoire national et le renforcement des contrôles aux frontières. Ainsi, à compter de lundi 18 janvier, « tous les voyageurs qui souhaitent venir en France, en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne, devront effectuer un test PCR avant de partir. Il faudra présenter un test négatif pour embarquer dans un avion ou un bateau. Les personnes concernées devront également s'engager sur l'honneur à s’isoler pendant 7 jours une fois arrivées en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l’issue. »

La question des déplacements en provenance de pays de l’U.E., notamment ceux connaissant « une situation épidémique difficile », fera l’objet d’un cadre de coordination en vue du prochain Conseil européen du 21 janvier. Celui-ci tiendra compte des situations particulières « des frontaliers, des transporteurs routiers ou encore des agents des compagnies de transport », avec la mise en œuvre de « protocoles sanitaires spécifiques. »

Test obligatoire pour se rendre dans les territoires ultramarins

Concernant les outre-mers, Jean Castex a souligné l’urgence à protéger « la Guyane, et à travers elle, les Antilles » du variant à risque qui circule en Amazonie. « Le préfet prendra des mesures de restrictions adaptées aux circonstances locales, le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés pour rejoindre les Antilles et la métropole, comme c'est déjà exigé dans l'autre sens. »