COVID-19 : attention aux arnaques !

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Les délinquants ne reculant devant rien, bon nombre de fraudeurs tentent de tirer profit de la peur générée par le coronavirus COVID-19, d'autant plus depuis la mise en place du confinement. Leurs cibles favorites : les personnes vulnérables, tout particulièrement les personnes âgées.

En plus des ventes illégales de gels hydroalcooliques et de masques de protection, les arnaques se font de plus en plus nombreuses avec des modes opératoires qui s'adaptent toujours à la situation.

Trafic de fausses attestations

Les règles régissant le confinement interdisent tout déplacement sauf dans des cas bien précis. Une attestation de déplacement dérogatoire est à présenter en cas de contrôle par les forces de l'ordre. Elle est gratuite et téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur.

Malgré la large communication faite par les différents organismes de l'Etat, des malfrats se faisant passer pour des policiers proposent des attestations de déplacement moyennant 5 euros.

Victimes du web

Un trafic court aussi sur internet avec des sites non officiels qui proposent des attestations de déplacement payantes ou pouvant être directement renseignées en ligne. Ce type de procédé expose à un risque de vol de données personnelles en vue d'escroqueries, comme le précise la plateforme nationale d'information sur le risque numérique cybermalveillance.gouv.fr

La gendarmerie nationale a lancé un appel à la vigilance face aux "sites/applications malveillantes", tels que le site http://coronavirusapp.site qui installe un "maliciel" et l'application mobile « Malicious COVID Track App » qui bloque votre téléphone et demande une rançon.

Montrer « blouse blanche »

Certains centres hospitaliers ont mis en garde contre "des appels malveillants" récemment passés auprès de personnes âgées, au nom de l'hôpital.

Les auteurs prétendent devoir passer chez les personnes habituellement prises en charge pour s'assurer qu'elles disposent bien du matériel médical nécessaire à leur maintien à domicile. Ceci n'est qu'un prétexte pour s'introduire chez les personnes les plus fragiles afin de dérober des biens ou de l'argent ou bien faire des repérages en vue d'éventuels futurs cambriolages.

N'ouvrez la porte qu'aux services de soins infirmiers à domicile habituels.

Démarchage frauduleux

Dans d'autres cas, des personnes se faisant passer pour des employés municipaux proposaient leurs services pour désinfecter les maisons afin de lutter contre le coronavirus.

La gendarmerie de Gironde a d'ailleurs mis en garde contre ce procédé dès le 5 mars dernier.

Si vous pensez être victime d'une de ces arnaques, vous pouvez contacter la brigade numérique de la gendarmerie nationale.

Par ailleurs, que vous soyez une entreprise ou un particulier, vous pouvez également contacter info Escroqueries au 0 805 805 817 (Numéro vert, appel gratuit). Composée de policiers et de gendarmes, la plate-forme « info Escroqueries » est chargée d'informer, de conseiller et d'orienter les personnes victimes d'une escroquerie. Le service est ouvert de 9 heures à 18 h 30, du lundi au vendredi.