Déconfinement : une nouvelle attestation pour dépasser les 100 km

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le

À l’occasion d’une conférence de presse, ce jeudi 7 mai, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé quelles seront les mesures restrictives accompagnant le déconfinement à partir du 11 mai prochain.

Alors que le déconfinement n’a jamais été aussi proche, le Premier ministre, Édouard Philippe, a dévoilé, ce jeudi 7 mai, les grandes lignes du plan qui sera mis en place dès le 11 mai. Insistant sur la responsabilité de chacun à demeurer vigilant face à la propagation du virus, il a également fait intervenir à tour de rôle ses ministres pour détailler les mesures à venir.

Jusqu’à 100 km « à vol d’oiseau ».

À partir du 11 mai, « il sera possible de sortir librement dans la rue sans attestation », a ainsi déclaré officiellement Christophe Castaner. Le ministre de l’Intérieur a néanmoins précisé que cela ne sera possible que dans la limite de 100 km « à vol d’oiseau » autour de sa résidence, ou plus loin, mais en restant au sein de son département. Dans ce cadre, en cas de contrôle, un simple justificatif de domicile sera demandé. Par ailleurs, pour aller au-delà des 100 km hors de son département de résidence, une nouvelle attestation devra être remplie, en version papier ou numérique, invoquant l'un des sept motifs autorisés. 

Le ministre de l’Intérieur entend bien faire respecter ces nouvelles règles pour éviter une deuxième vague de propagation du virus. Des « contrôles seront organisés dans les gares, les aérogares ou sur certains tronçons d'autoroutes et de routes à grandes circulation. Ils pourront l'être aussi à l'arrivée des destinations touristiques », a-t-il ainsi prévenu.

Par ailleurs, en cas de non-respect des mesures, la sanction demeurera la même a annoncé le ministre : « le montant de l'amende ne change pas, 135 euros, susceptibles d'augmenter en cas de récidive. »

Des loisirs limités

Sortir, mais pour aller où ? « Pourront rouvrir, les bibliothèques, musées, médiathèques », a annoncé le ministre, en précisant que les gestes barrières et la distanciation sociale devront être de mise. En revanche, « les cinémas et les salles de spectacles resteront fermés » et « aucun événement de plus de 5 000 personnes » ne pourra être organisé avant le mois de septembre.

S’agissant « des plages et des lacs » pour la baignade et les châteaux de sable, tout dépendra du préfet. « La règle générale, c’est la fermeture », a expliqué Christophe Castaner, mais vous aurez peut-être la chance de pouvoir accéder au bord de l’eau « à la demande des maires, sur autorisation du préfet ».

À défaut de la natation, vous pourrez toujours faire du sport, à condition que ce soit seul et en extérieur, car les « lieux de sports couverts resteront fermés ».

Des restrictions aux frontières

S’agissant des frontières de la France avec les pays européens, les restrictions seront prolongées « jusqu’au 15 juin au moins ». Néanmoins, « certaines dérogations supplémentaires seront rendues possibles », comme « la garde, la visite ou la poursuite de la scolarité d'un enfant » ou « un motif économique impérieux, en particulier les travailleurs saisonniers agricoles ». La libre circulation des travailleurs frontaliers sera également préservée.

Les frontières avec les pays non-européens, quant à elles, « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ».

Enfin, concernant les mesures de quatorzaine « pour toute personne française ou étrangère en France », elles n’auront plus lieu d’être au sein de l’espace européen, « sauf outre-mer et, si nous le décidons, en Corse », a ajouté le ministre.