Accueil

Démantèlement d’un trafic de stupéfiants dans le Maine-et-Loire

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Photo d'illustration.
© Gendarmerie nationale

Au terme d’une enquête de près d’un an, la section de recherches d’Angers, appuyée par le groupement de gendarmerie départementale du Maine-et-Loire et le GIGN, a procédé au démantèlement d’un réseau criminel spécialisé dans la vente de cannabis, d’héroïne et de cocaïne et agissant sur le secteur d’Angers et dans les environs de Segré. Dix mis en cause ont été mis en examen, dont huit écroués.

Fin 2020, la Section de recherches (S.R.) d’Angers apprend l’existence d’un trafic de produits stupéfiants dans le quartier angevin de Belle-Beille et dans les environs de Segré, dans le Maine-et-Loire.

Les investigations minutieuses, confortées par des surveillances et du recueil de renseignement confirment l’existence d’un réseau criminel spécialisé dans la vente de cannabis, d’héroïne et de cocaïne.

Une information judiciaire est ouverte le 11 février 2021 au Tribunal judiciaire d’Angers, pour acquisition, détention, transport, offre ou cession de stupéfiants et participation à une association de malfaiteurs.

Entre le 28 septembre et le 1er octobre dernier, une opération judiciaire est conduite par les enquêteurs de la S.R. d’Angers et du Groupement de gendarmerie départementale du Maine-et-Loire. Près de 200 gendarmes sont engagés, dont des militaires du GIGN, pour démanteler cette équipe familiale.

Douze personnes domiciliées à Angers, dont certaines avec de lourds antécédents judiciaires, sont interpellées.

Au cours de cette opération, les gendarmes saisissent 9 kg de résine de cannabis, de plus petites quantités de crack et d’héroïne, une arme de poing et 5 000 euros en numéraire. Elle a également permis de faire cesser l’activité de multiples points de deal localisés sur Angers et Avrillé.

À l’issue des gardes à vue, dix suspects sont présentés au juge d’instruction et mis en examen. Huit d’entre eux sont écroués et deux placés sous contrôle judiciaire et remis en liberté.