Accueil

En visite dans les Alpes-de-Haute-Provence, Gérald Darmanin enjoint à « ne pas baisser les bras » face aux violences intra-familiales

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

Le ministre de l’Intérieur s’est rendu, jeudi et vendredi, dans les Alpes-de-Haute-Provence, accompagné du directeur général de la gendarmerie nationale, pour une visite officielle aux forces de l’ordre du département.

Le ministre de l’Intérieur, accompagné du directeur général de la gendarmerie nationale, s'est déplacé, jeudi et vendredi, dans les Alpes-de-Haute-Provence, pour rendre visite successivement aux policiers et aux gendarmes du département.

Une visite marquée par le décès, la veille, mercredi 5 mai, d’un fonctionnaire de police d’Avignon, lors d’une opération anti-stupéfiants. Ce drame intervient deux semaines seulement après la mort d’une autre fonctionnaire de police, à Rambouillet dans les Yvelines, cette fois lors d'un attaque terroriste.

Au cours de son déplacement au sein du groupement de gendarmerie des Alpes-de-Haute-Provence, à Digne-les-Bains, vendredi 7, Gérald Darmanin a « renouvelé son soutien aux forces de l’ordre » et a rappelé que, « même si la lutte contre les stupéfiants est une mission difficile, elle reste la mère de toutes les batailles. »

Le ministre et le directeur général de la gendarmerie ont ensuite inauguré la Maison de protection des familles (MPF), avant de se rendre à la brigade de Forcalquier, pour échanger avec les militaires. Au cours de cette discussion, Gérald Darmanin a rappelé que « l’amélioration du cadre de vie du gendarme reste une priorité. » Est ensuite venu le temps des questions-réponses, avec un échange sur les violences intra-familiales, malheureusement en augmentation.

« Le double phénomène du confinement et de la libération de la parole fait que ce phénomène malheureux s’amplifie », a expliqué le ministre aux gendarmes, leur demandant de « ne pas baisser les bras. » Il a aussi évoqué la sécurisation des casernes, rappelant que « les efforts se poursuivent » dans ce domaine, ainsi que la réponse pénale, sur laquelle « un travail avec le garde des Sceaux, dans le cadre du Beauvau de la sécurité, est en cours. »

Cet échange terminé, le général d’armée Christian Rodriguez en a profité pour rendre une visite inopinée aux militaires de l’escadron de gendarmerie mobile d'Antibes, déployés en sécurisation de la visite officielle du ministre de l’Intérieur.