Eure-et-Loir : la section de recherches d’Orléans met à jour une culture de cannabis « indoor »

Auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© S.R. Orléans

Les enquêteurs de la section de recherches d’Orléans, avec l’appui de l’antenne GIGN de Tours et des unités d’intervention de la gendarmerie d’Eure-et-Loir et de Seine-et-Marne, ont interpellé, le 15 janvier dernier, trois individus soupçonnés d’être impliqués dans limplantation d’une culture de cannabis en périphérie de Chartres. Deux des mis en cause ont été incarcérés et le troisième placé sous contrôle judiciaire.

Certains ont la main verte et d’autres la main heureuse. Les premiers, trois criminels s’étant lancés dans une culture de cannabis « indoor » en périphérie de Chartres, se sont fait prendre dans les filets des seconds, fins limiers de la Section de recherches (S.R.) d’Orléans.

L’enquête, initiée il y a plusieurs mois, porte initialement sur les agissements d’un individu sans emploi, originaire de Dreux, que les gendarmes soupçonnent de s’adonner à un trafic de produits stupéfiants. Des soupçons rapidement confirmés par les résultats des premières investigations, qui permettent en effet d’établir son implication dans l’organisation d’une culture de cannabis en périphérie de Chartres. Les enquêteurs identifient également deux autres protagonistes.

Tous les trois effectuent de nombreux voyages en Europe, au cours desquels ils font l’acquisition de matériels et de moyens techniques lourds, suggérant fortement la mise en place d’une culture « indoor », avec un objectif de production à grande échelle.

Un bâtiment est identifié dans la zone du Bois-Paris, à Nogent-le-Phaye (28). Implanté dans cette zone artisanale particulièrement fréquentée, le local, situé dans un bâtiment disposant de nombreuses cellules commerciales, a été « bunkerisé » pour l’isoler des vues extérieures.

Tous les faits étant matérialisés, une opération judiciaire est déclenchée le 15 janvier, avec l’appui de l’antenne GIGN de Tours et des unités d’intervention de la gendarmerie d’Eure-et-Loir et de Seine-et-Marne, permettant l’interpellation des trois suspects.

580 pieds de cannabis et plusieurs milliers d’euros de matériels saisis

Sur place, les gendarmes saisissent 580 pieds de cannabis, répartis dans deux salles de pousse d’environ 100 m², ainsi que de nombreuses lampes, ventilateurs et extracteurs d’air filtrants semi-industriels, d’une valeur de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Avec une production moyenne attendue de 40 grammes par pied une fois l’herbe séchée, les trafiquants prévoyaient de récolter près de 24 kg de produits, pour un montant estimé à 240 000 euros à la revente au détail dans la région.

Présentés en comparution immédiate le 18 janvier, deux des trois mis en cause ont été incarcérés et le troisième placé sous contrôle judiciaire, dans l’attente de leur jugement, le 19 février prochain.