Accueil

Eure-et-Loir : un gendarme en civil met en fuite les agresseurs d’un adolescent

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

L’intervention courageuse d’un gendarme, hors service, a peut-être permis de sauver la vie d’un jeune garçon de 14 ans, violemment pris à partie par une trentaine d’individus. Les auteurs sont activement recherchés par la police nationale.

On n’est pas passé loin d’un drame, mercredi 25 novembre, à Chartres. Peu après midi, un attroupement de jeunes se forme dans la rue de Châteaudun. Alerté par des hurlements, un gendarme du groupement de gendarmerie départementale de l’Eure-et-Loir, alors hors service, se rend compte qu’une personne est à terre et se fait littéralement rouer de coups par une trentaine d’individus attroupés autour de la victime.

Face au risque immédiat pour l’intégrité physique de la victime, et malgré le rapport de force, le militaire en tenue civile décide d’intervenir seul. Il sort son brassard Gendarmerie et hurle « Gendarmerie nationale ». De l’autre côté de la rue, trois femmes, témoins du drame, crient concomitamment pour faire fuir les assaillants. Quelqu’un hurle alors : « Y'a la gendarmerie, cassez-vous ! » Le groupe d’agresseurs se disperse rapidement.

Le gendarme porte immédiatement assistance au jeune garçon de 14 ans, blessé et recroquevillé au sol, décline sa fonction, alerte les secours, avant de s’occuper de lui et de le rassurer. Les sapeurs-pompiers arrivent rapidement sur place et prennent en charge la victime, de même que les policiers qui diligentent immédiatement une enquête. Également sur les lieux, la mère du garçon remercie les forces de l’ordre pour leur action.

Les investigations des enquêteurs de la police nationale se poursuivent pour retrouver les auteurs de ce passage à tabac qui aurait pu mal tourner. En début d’année, un jeune de 16 ans a été tué à l'arme blanche, au cours d'une rixe entre deux bandes rivales de jeunes, en plein centre-ville de Chartres.