Accueil

Gérald Darmanin en déplacement au PGHM de Chamonix

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Ministère de l'intérieur - DICOM

Vendredi 18 février, le ministre de l’Intérieur s’est rendu au peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix. L’occasion d’échanger avec les secouristes en montagne.

Gérald Darmanin a d’abord visité les locaux du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, où il a rencontré l’équipe de permanence téléphonique ainsi que des membres des Centres de formation montagne de la Gendarmerie (CNISAG) et de la Police (CNEAS).

Le déplacement s’est ensuite poursuivi à la Drop Zone (DZ) des Bois, où se trouve le poste de secours, associant pompiers et gendarmes. Sur place, les gendarmes du PGHM ont présenté au ministre trois nouveautés relatives à leur matériel : l’interface de treuillage dite « Lézard », le nouveau pack oxygène de secours, qui équipe les caravanes terrestres en altitude, et les équipements de tête radio, qui permettent de rester en contact avec l’hélicoptère.

Ce fut ensuite au tour des équipes cynophiles du PGHM d’être au centre de toutes les attentions. Elles présentent en effet la particularité d’être de permanence 365 jours par an, et non pas que l’hiver. Enfin, les regards se sont tournés vers les hélicoptères de la Section aérienne de gendarmerie (SAG) de Chamonix et de la Sécurité civile, sans qui la grande majorité des secours en montagne ne serait pas possible. La spécificité des vols en haute altitude a tout particulièrement été évoquée. Le ministre de l’Intérieur a même pu échanger, entre deux opérations de secours, avec l’équipe de premiers à marcher du PGHM.

Avant de quitter les lieux, Gérald Darmanin a également annoncé l’octroi d’une prime de 500 euros par mois aux policiers et aux gendarmes de haute montagne, « à la hauteur du risque pris et du degré de technicité exigé ».