Haute-Savoie : trois individus interpellés pour avoir joué aux gendarmes

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Dimanche 25 octobre, trois hommes âgés d'une vingtaine d'années ont été interpellés après s'être fait passer pour des gendarmes pour procéder à des contrôles d'attestation de déplacement.

Certes, Halloween approche ! Mais ce n'est pas parce que vous vous déguisez en gendarme que vous en devenez un ! Samedi 24 octobre, à 5 heures du matin, des automobilistes signalent au centre opérationnel de la gendarmerie de Haute-Savoie des individus suspects, arborant un équipement très complet comprenant, notamment, des brassards « Gendarmerie » et une arme au ceinturon.

Sur le bord de la route, ils se présentent comme des gendarmes et contrôlent les attestations de déplacement des automobilistes. Prenant à cœur la mission qu'ils se sont attribués, ils poursuivent même les véhicules, gyrophare tournant. Alertés, les militaires de la brigade de Seyssel se mettent alors à la recherche de ces gendarmes d'un soir. Lorsqu'ils les retrouvent à bord de leur véhicule, à proximité de Seyssel, ces derniers prennent la fuite en direction de l'Ain. Grâce à un jalonnement, les gendarmes réussissent à relever l'immatriculation du véhicule.

Interpellation des faux gendarmes

Dans la journée, plusieurs investigations sont menées : identification du véhicule, auditions des témoins, rapprochements... Celles-ci permettent de confirmer l'implication du propriétaire du véhicule. Une reconnaissance au lieu de son domicile est effectuée. Dès le 25 octobre, un dispositif d'interpellation, composé de 8 militaires du Peloton d'intervention et de surveillance (PSIG) de Saint-Julien-en-Genevois, de la Brigade de recherches (B.R.) d'Annemasse, des gendarmes de la brigade de Seyssel ainsi que d'une équipe cynophile de Bonneville, est mis en place.

Successivement, les gendarmes interpellent les trois individus. Lors des perquisitions, de nombreux effets utilisés par les forces de l'ordre sont découverts : brassard, gyrophare, talkie-walkie, holster de cuisse, pantalon d'intervention, réplique d'une arme de poing BERETTA, gilet d'intervention, et bien d'autres encore. Les enquêteurs procèdent également à la saisie incidente de plusieurs produits stupéfiants.

Lors de leurs auditions, les jeunes hommes ne semblent pas avoir d'explication précise concernant leurs agissements. Ils n'ont d'ailleurs même pas essayé de soutirer de l'argent aux automobilistes, se contentant de vérifier leurs attestations de déplacement. L'un justifie son acte par son souhait d'intégrer la gendarmerie, irréalisable car il est déjà connu des services de police. Les deux autres, quant à eux, l'ont suivi.

Un jeu dangereux

Un jeu qui va finalement leur coûter cher ! Poursuivis pour refus d'obtempérer, usage d'effets et de véhicule pouvant créer une méprise avec ceux des forces de l'ordre, immixtion dans une fonction publique, transport et usage de feux réservés aux véhicules d'intérêt général et conduite sans assurance, les mis en cause sont tous les trois convoqués en justice.

Outre le risque pénal encouru, ils n'ont surtout pas mesuré les dangers auxquels ils s'exposaient ce soir là en contrôlant des automobilistes sur la voie publique. Les refus d'obtempérer sont en effet de plus en plus nombreux et, trop souvent, des gendarmes en contrôle routier voient leur intégrité physique menacée...