Accueil

Isère : les enquêteurs démantèlent un vaste de trafic de stupéfiants

Auteur : Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.

Grâce à une opération judiciaire d’envergure, menée lundi 26 avril, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Grenoble, appuyés par le GIGN et les gendarmes des unités territoriales de trois départements, ont interpellé sept individus se livrant à un trafic de stupéfiants.

Au mois de juin 2020, la Section de recherches (S.R.) de Grenoble est saisie par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lyon afin d’enquêter sur un trafic de stupéfiants mettant en cause un individu résidant en Isère. Celui-ci est par ailleurs très défavorablement connu des services de police et de gendarmerie.

Grâce aux investigations minutieuses menées par les enquêteurs, il apparaît que le mis en cause importe d’importantes quantités de produits stupéfiants (héroïne, cocaïne, crack, cannabis) par l’intermédiaire d’un poids lourd hollandais faisant régulièrement des allers-retours entre les Pays-Bas et l’Espagne.

Dans le cadre de l’information judiciaire ouverte au mois de février dernier, auprès d’un juge d’instruction de la JIRS de Lyon, pour trafic de stupéfiants et blanchiment, une opération de police judiciaire est déclenchée ce lundi 26 avril, à l’occasion d’un discret échange entre le chauffeur hollandais et le principal suspect. Les militaires du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) procèdent alors à l’interpellation des deux individus. Sont découverts sur place près de 20 000 euros en numéraire et deux sacs contenant au total 30 kg d’un produit brunâtre ainsi qu’une arme et un brouilleur.

Dans la continuité de ces deux interpellations, avec l’appui des groupements de gendarmerie de l’Isère, de la Drôme et de la Loire, cinq autres personnes sont interpellées et entendues par les enquêteurs. Parmi eux, le commanditaire présumé et l’épouse du chauffeur, retrouvés aux Pays-Bas.

Les différentes perquisitions réalisées permettent de découvrir plus de 100 000 euros en espèces, près de 700 grammes d’héroïne et 170 g de résine de cannabis, ainsi que de nombreux matériels utiles au trafic présumé. La justice envisage par ailleurs la saisie de plusieurs véhicules, de nombreux comptes bancaires et biens immobiliers en lien avec le trafic, représentant plusieurs centaines de milliers d’euros.

Quatre personnes ont été présentées à la justice en vue de leur mise en examen. Deux ont été incarcérées et deux placées sous contrôle judiciaire.