L'UOFA en opération de contrôle à la frontière au profit de la Bundespolizei

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© UOFA

Plus de barrières à la frontière pour l’Unité opérationnelle franco-allemande (UOFA). Celle-ci était en effet engagée, ce mardi 4 août, sur un dispositif de contrôle au profit de la Bundespolizei, afin de lutter contre la délinquance et la criminalité.

Quatre binômes de l’Unité opérationnelle franco-allemande (UOFA) étaient engagés ce mardi 4 août sur une mission de contrôle à la frontière, au profit de la Bundespolizei.

Pour se projeter en Allemagne, sur le site de cette opération, conjointement pilotée par les commissariats d'Offenbourg et de Weil Amrhein, les membres de l'unité ont bénéficié de l'appui des moyens aériens allemands.

Cette première mission héliportée depuis le début de la crise sanitaire s'est évidemment déroulée dans le respect des nouveaux protocoles sanitaires mis en œuvre à bord des aéronefs.

Le dispositif mis en place en vue de lutter contre la délinquance et la criminalité en zone frontalière, s'articulait en six points de contrôle installés sur la circonscription du commissariat d'Offenbourg.

Missions pour l'UOFA :surveiller et contrôler les flux de véhicules et de personnes, et, plus particulièrement, pour les gendarmes français, aider à la prise de plainte ou aux enquêtes visant des ressortissants français. Le tout dans le respect des gestes barrières... qui n'ont nullement altéré l'efficacité des forces mobilisées !

Au cours de cette journée, le dispositif a ainsi permis de contrôler trois personnes recherchées pour infraction fiscales, plusieurs infractions à la législation sur les stupéfiants (transport, importation), ainsi que des infractions telles que conduite sans permis, sans assurance ou transport d'armes illégales. Un véhicule ayant fait demi-tour à l'approche d'un contrôle a également été intercepté grâce à l'hélicoptère.

D'une manière générale, l'appui de l'UOFA est toujours une plus-value appréciée des autorités allemandes pour contrôler et, le cas échéant, traiter des contrevenants français.

© UOFA