Le conducteur responsable de la mort du major Rusig finalement condamné à 30 ans de prison

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Poursuivi pour avoir causé la mort du major Christian Rusig, en le percutant volontairement lors d’un contrôle routier, en 2016, à Tarascon-sur-Ariège, Loïc Gékière était jugé en appel depuis lundi, devant les assises de la Haute-Garonne. Jeudi 25 juin, il a été condamné à 30 ans de prison, assortis d’une peine de 18 ans de sûreté.

Samedi 26 novembre 2016, à 23 h 15, entre Tarascon-sur-Ariège et Ussat, le major Christian Rusig, commandant la brigade territoriale autonome de Tarascon-sur-Ariège, est violemment percuté par le véhicule conduit par Loïc Gékière, qui lui fonce volontairement dessus afin de se soustraire à un contrôle.

Gravement blessé, le militaire de 55 ans est héliporté vers le centre hospitalier de Toulouse, où il décède, le lendemain matin, des suites de ses blessures.

Condamné en première instance à la prison à perpétuité, par la cour d’Assises de Foix, pour le meurtre d’une personne dépositaire de l’autorité publique, Loïc Gékière, aujourd’hui âgé de 35 ans, était jugé en appel, depuis lundi 22 juin, devant les assises de la Haute-Garonne.

Tandis que l’avocat général avait de nouveau requis la réclusion criminelle à perpétuité, la cour d’assises de Haute-Garonne s’est prononcée, ce jeudi 25 juin, pour une peine moins lourde, condamnant Loïc Gékière à trente ans de prison, assortis d’une peine de 18 ans de sûreté.