Accueil

Le ministre de l’Intérieur en déplacement dans les Bouches-du-Rhône

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu, jeudi 19 août, à la Brigade territoriale autonome (BTA) de Gardanne, afin d’échanger avec les gendarmes sur la problématique des violences intrafamiliales. La veille, il avait signé à Arles un contrat de sécurité intégrée (CSI) avec le maire de la commune et la préfète de police du département.

Jeudi 19 août, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est déplacé dans les Bouches-du-Rhône, à la rencontre des gendarmes de la Brigade territoriale autonome (BTA) de Gardanne et de la Maison de protection des familles (MPF) d’Aix-en-Provence, afin d’évoquer avec eux la problématique des violences intrafamiliales (VIF), particulièrement préoccupante dans cette zone du territoire.

Le chef d’escadron (CEN) Loïc Py, commandant la Compagnie de gendarmerie départementale (CGD) d’Aix-en-Provence, a présenté au ministre de l’Intérieur le parcours d’une victime, depuis sa prise en charge à l’accueil de la brigade, en insistant sur la mise en sécurité et la mise en confiance, et sur le fait que la victime et l’auteur ne devaient pas se croiser au sein de la gendarmerie.

Il a indiqué que la gestion des VIF exigeait un savoir-faire, une grande vigilance, et la nécessité d’un travail en amont avec les acteurs sociaux. Plus de 1200 gendarmes sont formés à cette problématique dans les Bouches-du-Rhône, et les militaires de la MPF ont à cœur de transmettre leur savoir et leur expérience.

Gérald Darmanin a indiqué vouloir augmenter le nombre de MPF pour mieux accompagner les victimes de violences conjugales. 22 seront créées d’ici la fin de l’année et l’objectif est d’en compter bientôt une par département.

© CABCOM RGPACA

Signature d’un CSI à Arles

La veille de ce déplacement, le ministre de l’Intérieur s’était rendu à Arles pour y signer un Contrat de sécurité intégrée (CSI) avec le maire de la ville, Patrick de Carolis, et la préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri, en présence notamment du général de division Philippe Ott, commandant en second de la Région de gendarmerie de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le CSI a pour but « de formaliser et de renforcer les engagements partagés de l’État et des collectivités territoriales dans le domaine de la sécurité », selon les termes de la circulaire du 16 avril dernier. Une dizaine de contrats de ce type ont déjà été signés et, en tout, une centaine devraient l’être d’ici à la fin de l’année. Arles est la première ville de la région PACA à signer un CSI.

Concrètement, le CSI entend lutter au mieux contre les problèmes de sécurité en faisant collaborer tous les acteurs impliqués : police, gendarmerie, services de justice, collectivités territoriales, mais aussi l'éducation nationale, les bailleurs sociaux ou les gestionnaires de transports. « Sans cette coordination, nous ne pourrions pas être au rendez-vous de la sécurité », a indiqué le ministre de l’Intérieur.

© DICOM / DAVID MENDIBOURE