Loire-Atlantique : quatre militaires blessés par arme à feu lors d’une intervention

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Tous droits réservés

Lundi 15 février, alors qu’ils procédaient à une interpellation domiciliaire, quatre militaires du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Saint-Nazaire ont été blessés par arme à feu.

À la suite d’une rixe intervenue lors du week-end, à Besné, un dispositif d’interpellation de l’auteur a été mis en place lundi 15 février, à Malville. Sur place, une quinzaine de militaires de la Brigade territoriale autonome (BTA) de Savenay, du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et de la Brigade de recherches (B.R.) de Saint-Nazaire sont engagés.

Dès 6 heures, les militaires du PSIG procèdent à l’ouverture de la porte du domicile du suspect à l’aide d’un bélier. Celle-ci ne cède pas mais, de l’autre côté, le mis en cause tire un coup de fusil à pompe en direction des gendarmes. Un officier et trois sous-officiers sont alors touchés par plusieurs dizaines d’impacts. Souffrant de multiples blessures, ils sont transportés à l’hôpital. Leur pronostic vital n’est pas engagé, mais l’un des militaires, gravement blessé à la main, sera opéré au cours de la journée.

En raison de la dangerosité de l’individu, la décision est prise de ne pas pénétrer dans le domicile. Le concours du négociateur et de l’Antenne GIGN de Nantes est demandé. Finalement, l’individu se rend une dizaine de minutes après les faits. Il est placé en garde à vue par la Section de recherches (S.R.) de Nantes.