Accueil

Marne : un homme sauvé par l’intervention des gendarmes de l’AGIGN

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Photo d'illustration.
© MAJ. F. Balsamo

Deux militaires de l’Antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Reims ont probablement sauvé la vie d’un homme d'une soixantaine d’années, victime d’une violente agression.

Mercredi 3 février, alors qu’ils se rendent en véhicule banalisé sur le pas de tir voisin, en vue d’une instruction, deux gendarmes de l’Antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Reims se retrouvent coincés dans un embouteillage. Deux voitures arrêtées bloquent la circulation. « En remontant la file, ils ont découvert un homme allongé au sol, couvert de sang, battu comme plâtre par l’autre automobiliste, rapporte le commandant en second de l’antenne. Ils ont immédiatement maîtrisé et menotté l’agresseur, avant d’appeler les policiers, compétents sur cette zone. »

120 jours d’ITT

Formés aux premiers secours, les gendarmes stabilisent la victime, avec pansements de compression et mise en position latérale de sécurité, et prennent en compte sa famille, ainsi que celle de l’auteur. Hospitalisé en urgence, l’homme a perdu un œil et subi de nombreux traumatismes. Il a reçu 120 jours d’Incapacité temporaire de travail (ITT), et doit à nouveau être opéré dans les prochains jours. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Dans son malheur, la victime a eu la chance que les militaires de l’AGIGN soient passés à cet endroit-là, à ce moment-là. Le passage à tabac s’était déroulé jusqu’alors dans une indifférence coupable, et sans l’intervention des gendarmes, l’homme, par ailleurs cardiaque, n’aurait sans doute pas survécu à cette agression d’une extrême violence. L’auteur est actuellement en garde à vue, avant une probable comparution immédiate.