Accueil

Oise : un gendarme blessé lors d’une intervention à la suite de violences urbaines

Auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

Un gendarme adjoint volontaire de la brigade de Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise, a été blessé dans la nuit du 8 au 9 février, alors qu’il intervenait à la suite de violences urbaines.

Dans la nuit du 8 au 9 février, vers minuit, des violences urbaines éclatent à Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise. Sur place, dix personnes encagoulées et armées de barres de fer bloquent la circulation. Les individus dressent une barricade composée de poubelles et tirent des mortiers d’artifice.

Rapidement, le groupement de gendarmerie départementale de l’Oise déploie un dispositif opérationnel de sécurisation de la zone. 45 militaires en provenance de la communauté de brigades de Pont-Sainte-Maxence, des Pelotons de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) de Senlis, Domont-sur-Oise, Crèvecœur-le-Grand et Laon, et de la compagnie de gendarmerie de Clermont sont mobilisés. Les équipes cynophiles des PSIG de Chantilly et de Soissons sont également engagées.

À l’arrivée des gendarmes, huit individus cachés sur un parking tirent une quinzaine de mortiers en direction du véhicule de dotation de la brigade de Pont-Sainte-Maxence. Primo-intervenant, un gendarme adjoint volontaire de la brigade de Pont-Sainte-Maxence est blessé par un tir de mortier. Il souffre d’une entorse au niveau du genou et s’est vu attribuer 14 jours d’ITT.

Vers 2 h 45, les mis en cause sont dispersés.