Prison ferme après l'agression des forces de l'ordre par un médecin potentiellement atteint du COVID-19

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Un médecin du centre hospitalier de Tourcoing, soupçonné de violences conjugales et potentiellement porteur du COVID-19, a tenté de contaminer des gendarmes lors de son interpellation, en leur toussant volontairement dessus. La justice l'a condamné à trois ans de prison, dont deux ferme.

Samedi 28 mars au soir, les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Pont-à-Marcq sont engagés sur la commune de Cysoing (59) pour rechercher l’auteur présumé de violences conjugales. Selon son épouse, ce dernier, âgé de 66 ans et exerçant la profession de médecin au centre hospitalier universitaire de Tourcoing, serait ivre et aurait tenté de l’étrangler avant de prendre la fuite à bord de son véhicule. Elle ajoute qu’il est porteur du coronavirus COVID-19.

Le mis en cause retourne finalement chez lui dans l'intention de se rendre aux forces de l’ordre. Renforcés par les gendarmes mobiles en patrouille sur le secteur, les militaires de Pont-à-Marcq, après s'être équipés de masques de protection et de gants en latex, interpellent sans difficulté l'individu, qu’ils équipent également d’un masque et de gants.

Durant le trajet vers la brigade de Cysoing, le mis en cause ôte son masque de protection et tente de contaminer les gendarmes en toussant violemment en leur direction. Après plusieurs tentatives, il est maîtrisé par les militaires.

Jugé en comparution immédiate, lundi 31 mars, devant le tribunal correctionnel de Lille, pour violences volontaires sur conjoint et sur personnes dépositaires de l’autorité publique, le médecin a été condamné à trois ans de prison, dont deux ferme.