Accueil

Règlement de comptes dans l’Oise : 14 interpellations après la mort de deux hommes

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Le 24 septembre dernier, le corps d’un homme est retrouvé au milieu de l’autoroute A1. Les circonstances de son décès restent obscures, mais l’enquête menée par les gendarmes révèle qu’il était accompagné de trois individus dans une voiture. Persuadés que ceux-ci sont impliqués, les proches de la victime les tabassent jusqu’à tuer l’un d’entre eux. Après plusieurs mois d’investigations, la Section de recherches (S.R.) d’Amiens a finalement interpellé 14 personnes ce 7 décembre.

C’est une sombre histoire de règlement de comptes qui s’est déroulée à Nogent-sur-Oise ces derniers mois. Cela pourrait être le dernier film d’Olivier Marchal, mais c’est la triste réalité !

Tout commence le 24 septembre dernier pour les gendarmes de la Section de recherches (S.R.) d’Amiens. Le corps d’un homme vient d’être percuté par un poids lourd et gît au beau milieu de l’autoroute A1. Et personne ne sait dire comment il est arrivé là...

Après quelques investigations, les enquêteurs découvrent que l’individu aurait dîné en famille la veille au soir, avant d’être sollicité par trois connaissances. D’après les premiers éléments, elles seraient passées le chercher en voiture pour régler un contentieux financier. Interrogés sur la suite des événements, les trois passagers évoquent un suicide, en expliquant que la victime aurait sauté de son plein gré du véhicule. Une version qui ne semble pas convaincre le magistrat, puisque l’un d’eux est mis en examen dès le 13 octobre, pour « séquestration suivie de mort ».

Œil pour œil, dent pour dent

Il n’en faut pas plus aux proches de la victime pour voir rouge et se faire justice eux-même ! Dès le lendemain, amis et membres de la famille donnent rendez-vous aux trois homme dans un bois de Chantilly. Seuls deux s’y présentent et s’y font tabasser, sur place puis dans une cave de Nogent-sur-Oise.

L’un est sérieusement blessé, tandis que l’autre succombe à ses blessures une fois arrivé à l’hôpital de Creil. Le troisième n’est pas en reste puisque, n’ayant pas donné suite au rendez-vous, il est tout de même retrouvé blessé à son domicile.

Après trois mois d’enquête pour déterminer les responsabilités de chacun dans cette affaire, la S.R. d’Amiens lance une vaste opération judiciaire. Le 7 décembre dernier, 190 militaires sont mobilisés pour procéder à 14 interpellations dans des quartiers sensibles de l’Oise et de la Seine-Saint-Denis.

À l’issue des gardes à vue, quatre personnes sont mises hors de cause. Neuf des individus se voient mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort et sont placés en détention provisoire. Le dixième est également mis en examen pour non-assistance à personne en danger et fait l’objet d’un contrôle judiciaire.

Les enquêteurs poursuivent actuellement leurs investigations afin de mettre en lumière les agissements de chacun. « Il y a visiblement eu un phénomène d’entraînement dans lequel il y a des instigateurs et d’autres qui sont venus voir. Reste à savoir qui a fait quoi », a expliqué le procureur de la République de Senlis, Jean-Baptiste Bladier.