Sept personnes interpellées pour avoir tenté de percuter un gendarme dans Paris

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

Lundi 19 octobre, un gendarme a été percuté par un véhicule alors qu’il était en faction devant l’ambassade d’Israël, à Paris. Sept individus soupçonnés d’avoir délibérément foncé sur le militaire ont été interpellés par la police, dans la nuit du 20 au 21 octobre.

C’est une scène particulièrement choquante qui s’est déroulée à deux pas des Champs-Élysées, le 19 octobre dernier, vers 19 heures. Tandis qu’un gendarme mobile était en faction devant l’ambassade d’Israël, située dans le 8e arrondissement de Paris, une BMW suivie d’une Mercedes, avec plusieurs personnes à bord, ont foncé droit sur le militaire, avant de s’enfuir. Ayant manqué d’être percuté de justesse, le militaire a déposé plainte dès le lendemain pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Les plaques d’immatriculation des véhicules, relevées rapidement grâce à la vidéosurveillance, s’avèrent fausses. Néanmoins, les véhicules n’ont pas mis longtemps à se faire repérer de nouveau dans la capitale, aux abords d’autres institutions. Finalement, dans la soirée du mardi 20 octobre, une patrouille de police identifie la Mercedes dans le 2e arrondissement et interpelle, dans la foulée, ses trois occupants. Garée juste derrière, la BMW est vide, mais un dispositif de surveillance est installé et quatre autres individus sont arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à regagner le véhicule.

Les sept suspects, quatre hommes et trois femmes, dont deux sont mineurs, ne présentent pas de documents d’identité mais se déclarent tous britanniques. L’enquête est en cours, mais l’hypothèse d’un « hit and run » est envisagée. Ce phénomène, importé des États-Unis, consisterait à percuter volontairement un membre des forces de l’ordre avant de s’enfuir.