Tempête Alex : les communications peuvent reprendre grâce aux gendarmes

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.

Pendant les cinq jours qui ont suivi le passage de la tempête Alex sur les Alpes-Maritimes, des gendarmes spécialisés dans le domaine des systèmes d’information et de communication ont travaillé d’arrache-pied pour remettre en route l’ensemble des réseaux, indispensables au bon déroulement des opérations de sauvetage et sécurisation.

« On avait quatre hameaux totalement isolés. On s’est retrouvé sans aucune communication. À notre époque, ça semblait impensable ». Ces mots, teintés d’effarement, sont ceux de Jean-Pierre Vassalo, maire de Tende, l’un des villages les plus touchés par la tempête Alex. Mercredi 7 octobre, il racontait au président de la République, Emmanuel Macron, le calvaire vécu par la population, lui compris, durant la nuit du 2 au 3 octobre.

Sur les images des journaux télévisés ainsi que sur celles des photographes, la vallée de La Roya, comme celle de La Vésubie, apparaissait dévastée, comme si le blast d’une explosion ou d’un bombardement avait réduit toutes formes de vie en miette. La tempête Alex n’a rien épargné sur son passage, ni les maisons, ni les routes, ni les Systèmes d’information et de communication (SIC), indispensables au bon déroulement des opérations conduites par les forces de secours et de sécurité.

Pendant les cinq jours qui ont suivi les intempéries, les gendarmes de la Section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces (SOLC), du groupement de gendarmerie départementale des Alpes-Maritimes, appuyés par des personnels et des moyens de la section SIC projetable du Centre de planification et de gestion de crises (CPGC), ainsi que de la Cellule de coordination des cybermenaces (CCC) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (RGPACA), renforcée également par deux effectifs de chacune des SOLC de la RGPACA, se sont affairés pour rétablir les communications, vitales pour la continuité des opérations.

Essentielles depuis le début des opérations de secours, les FAG ont hélitreuillé des techniciens près des antennes relais pour remettre en route les réseaux de communication.

© Gendarmerie nationale

Résultat : depuis ce vendredi, ces experts ont réussi le tour de force de remettre en œuvre l’ensemble des réseaux radio, de rétablir des liaisons intranet dans les unités de gendarmerie, de recréer une brigade territoriale de circonstance sur la commune de Saint-Martin-Vésubie et d’apporter des services (Internet et téléphonie) aux militaires de la gendarmerie et à leur famille sinistrés.