Accueil

Tenue des Assises de l’action sociale à la DGGN

Auteur : Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© SIRPA - Gend. F.Garcia

Constituant le premier acte de la refondation de la politique sociale de la gendarmerie, les Assises de l’action sociale se sont déroulées mardi 19 octobre au sein de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

 

 

 

Le mardi 19 octobre 2021 se sont tenues à la DGGN des Assises de l’action sociale auxquelles ont participé 250 acteurs des trois entités de notre écosystème social, constitué de l’Etat-gendarmerie, du ministère des Armées et des partenaires du secteur privé ou parapublic. Elles ont été ouvertes et clôturées par le général de corps d’armée Armando de OLIVEIRA, directeur des personnels militaires.

Dans un contexte de durcissement des conditions d’exercice du métier de gendarme et de profondes évolutions sociologiques, les besoins et les attentes des personnels de la gendarmerie et de leurs familles évoluent en matière d’accompagnement social, tant pour répondre aux situations d’urgence, particulièrement en cas de décès ou de blessure par exemple, que pour soutenir les projets de vie du quotidien.

La rénovation de notre politique sociale s’inscrit donc naturellement dans la démarche de transformation “GEND 20.24” et son volet ressources humaines “M@GRH, portée par la DPMGN, dont l’objectif est de concilier l’exercice du métier de gendarme et l’épanouissement personnel et professionnel de chacun.

Articulées autour de 5 tables rondes animées par des acteurs et des témoins de premier plan, ces Assises ont été l’occasion de dresser un état des lieux des évolutions de notre corps social et d’échanger sur ses attentes principales et sur les réponses à apporter, en plaçant la famile, centre de gravité de chacun d’entre nous, au centre de la rénovation de notre politique sociale.

Trois piliers fondamentaux ont été dégagés :

1. l’accompagnement des militaires et des familles fragilisés par un décès, une blessure, une maladie soudaine, pilier et point fort traditionnel de notre action sociale ;

2. l’accompagnement de la mobilité professionnelle, pour compenser cette exigence de l’état militaire ;

3. l’accompagnement de la vie quotidienne pour faciliter l’équilibre des familles.

Cette rencontre a aussi été l’occasion de mettre en exergue certaines réalisations récentes en faveur des populations les plus fragiles :

- la création de la “mission d’accompagnement du handicap” à l’été 2020 ;

- l’élaboration d’un guide du blessé en gendarmerie (en voie d’achèvement) ;

- la mise à disposition gratuite d’une solution complète de soutien scolaire pour 600 orphelins de la gendarmerie scolarisés du primaire jusqu’à BAC+2, financée entièrement par la CNG et la FMG (effective depuis septembre 2021).

Les échanges, sous forme de podcast, et des Actes de ces Assises seront prochainement mis en ligne.