Accueil

Trafic de cigarettes de contrebande dans l'ouest de la France : après les importateurs, interpellation des grossistes locaux

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© S.R. Nantes

Le 11 avril dernier, un trafic qui aurait généré l’importation de 75 tonnes de cigarettes de contrebande était démantelé dans l'ouest de la France, grâce à la coopération entre les services d’enquête régionaux, nationaux et même européens. Quatre individus étaient mis en examen et écroués, tandis que près de cinq tonnes de cigarettes contrefaisantes étaient notamment saisies. Une seconde opération judiciaire vient de permettre l’interpellation de cinq grossistes locaux.

Le 11 avril dernier, quatre individus étaient mis en examen et placés en détention provisoire, dans le cadre d'une enquête sur un trafic de cigarettes de contrebande, conduite par la Section de recherches (S.R.) de Nantes, en association avec le service d’enquête judiciaire des finances de l’agglomération, le Groupe interministériel de recherches (GIR), le Groupement de gendarmerie départementale de Loire-Atlantique (GGD 44), ainsi que l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI).

Lors des perquisitions dans plusieurs boxes loués dans diverses grandes villes (Nantes, Bordeaux, Montpellier et Béziers), près de cinq tonnes de cigarettes contrefaisantes, destinées à alimenter les grossistes locaux, 37 300 euros en liquide et deux véhicules avaient été saisis.

Les investigations, réalisées sous l’égide de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux et avec l’appui d’Europol, avaient par ailleurs permis d’établir que ce trafic, orchestré par des individus originaires d’Europe de l’Est, avait généré l’importation en contrebande de 75 tonnes de cigarettes, pour une valeur marchande estimée à 37,5 millions d’euros, correspondant à une perte de recettes pour l’État de 22 millions d’euros.

Interpellation des grossistes

Ce trafic alimentait des grossistes locaux, servant de point d’appui pour l’écoulement des marchandises. Le 10 mai dernier, une seconde opération judiciaire, toujours en coordination et avec l’appui d’EUROPOL, a permis d'interpeller cinq individus impliqués en qualité de grossistes, sur les places nantaise et angevine.

Les diverses perquisitions conduisent à la saisie de 625 cartouches de cigarettes de contrefaçon, d'une arme de poing, de 5 115 €, dont 1 815 € en numéraire, et d'un véhicule estimé à 16 000 €.

Présentés à la JIRS de Bordeaux le 12 mai, deux des individus ont été mis en examen et placés en détention provisoire.