Un enfant de deux ans, égaré pendant la nuit, sauvé par les gendarmes

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Le week-end du 20 juin, un enfant de deux ans qui avait échappé à la vigilance de ses parents, a disparu le temps d’une nuit, avant d’être retrouvé sain et sauf, au petit matin, par les gendarmes de la compagnie de Jonzac, en Charente-Maritime.

Pour célébrer la fin du confinement, une vingtaine de membres d’une même famille, venant des quatre coins de la France, ont souhaité se retrouver dans une longère de Saint-Quantin-de-Rançanne, en Charente-Maritime, le week-end du 20 juin, annonçant l’arrivée de l’été.

Dès leur arrivée, le vendredi en fin de journée, un des enfants du rassemblement familial, un petit garçon âgé de deux ans, va jouer dans le jardin clôturé de la longère.

À 19 h 30, sa mère qui regarde de temps en temps en sa direction ne le voit plus ! Stupeur générale, le petit garçon a disparu !

L’ensemble des membres de la famille part immédiatement à sa recherche. Au bout d’une demi-heure de recherches vaines, ils décident de contacter la gendarmerie. Aussitôt, la compagnie de gendarmerie départementale de Jonzac (17) déploie un important dispositif de recherche, armé d’une quinzaine de militaires auxquels vient se greffer une quarantaine d’habitants du village.

Engagement de moyens spéciaux

Pour optimiser les recherches, une équipe cynophile, spécialisée piste/défense, du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Poitiers, est engagée ainsi qu’un hélicoptère de la gendarmerie, équipé d’une caméra thermique et d’un projecteur de recherche. Malgré cela, à 2 h 00 du matin, toujours aucune trace de l’enfant…

« On a commencé à étudier la piste d’un enlèvement et à redouter cette hypothèse », raconte le chef d’escadron Éric Hoarau, commandant la compagnie de Jonzac.

Explorant cette piste, les gendarmes recherchent alors d’éventuels profils suspects avec des antécédents judiciaires parmi les habitants du village. Rien à signaler de ce côté-là…

Il est décidé de faire appel à un plus grand nombre de gendarmes pour poursuivre les recherches au petit matin.

Sain et sauf

À 8 h 00 du matin, les militaires de la brigade de recherches de Jonzac découvrent le petit garçon à l’entrée du village. Paraissant en bonne santé, il explique aux gendarmes qu’il a suivi un petit chien avant de s’égarer et de finalement passer la nuit entre deux rangs de vignes situées à proximité.

Transporté à l’hôpital pour un examen de contrôle, l’enfant est en bonne santé !

Le dimanche, les parents, soulagés de l’issue heureuse, ont convié à déjeuner les gendarmes et les habitants du village ayant prêté main-forte.