Un gendarme sauve une personne dépressive de la noyade

auteur : Pablo Agnan - publié le

Le capitaine Sylvain Briand, officier communication du groupement de gendarmerie du Calvados (14), a sauvé une personne dépressive qui s’était jetée dans le fleuve avec sa voiture, le 8 février dernier.

Sur son compte Twitter, le Préfet du Calvados a salué « un acte de courage et de bravoure ». Ses camarades l’érigent en héros. Ce samedi 8 février, alors qu’il était en permission en Loire-Atlantique, le capitaine Sylvain Briand, officier communication du groupement de gendarmerie du Calvados (14), a sauvé une personne dépressive qui s’était jetée dans le fleuve avec sa voiture.

Joint par la rédaction de GENDinfo.fr, l’officier raconte cette journée bien particulière. Alors qu’il se promenait sur les bords de Loire, le militaire est alerté par un couple au loin. « Au regard des signes qu’ils effectuaient, j’ai compris qu’il y avait urgence. J’ai foncé vers eux pour en savoir plus ». Très rapidement, le couple lui explique la situation. Un homme se serait volontairement jeté dans l’eau avec sa voiture. Ils lui désignent le véhicule, flottant à la surface de l’eau. Le conducteur, qui s’est extirpé de l’habitacle mû par son instinct de survie, s’est positionné sur le toit.

Une course contre la montre

La situation est délicate. Le véhicule commence à s’enfoncer dans le fleuve. L’individu, « visiblement en état de choc », va se retrouver dans une eau à 10 degrés. Il faut faire vite, mais les solutions ne sont pas nombreuses. « Ici, il est inutile de plonger. Il y a trop de courant et les berges sont remplies d’arbres et de ronces », précise l’officier. Heureusement, près de sa position, se trouve un ponton avec plusieurs embarcations.

Alors que le gendarme se précipite pour escalader le portail qui permet d’accéder au petit embarcadère, il s’aperçoit que celui-ci est recouvert de barbelés. Seul un code de sécurité permet d’y entrer. « Par chance, mon neveu, qui est pêcheur dans la région, le connaissait ». Une fois le portail ouvert, l’officier s’empare d’une barque et d’une pagaie pour aller secourir la personne.

La voiture a déjà sombré dans les profondeurs de la Loire depuis plusieurs minutes. L’homme tente tant bien que mal de rejoindre la rive à la nage, mais se retrouve vite bloqué par les ronces, qui l’empêchent de sortir de l’eau.

« Lorsque je suis arrivé à sa hauteur, j’ai commencé par lui parler. Je voulais connaître la personne pour éviter qu’elle ne me fasse chavirer ». Après l’avoir fait monter, non sans difficulté, à bord de l’embarcation, le capitaine Briand a pu ramener la victime, blessée et souffrant d’hypothermie, sur la terre ferme, afin qu’elle soit prise en charge par les secours.