Culture

Pierre Brandao : l’histoire d’une passion littéraire

Auteur : Elsa Vives Servera - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Éditeur et auteur, Pierre Brandao, gendarme accompli, révèle son talent par sa plume. Mêlant ses deux passions, la gendarmerie et la littérature, l’écrivain plonge ses lecteurs dans un univers d’énigmes et d’enquêtes policières.

C’est en sortant de l’école de gendarmerie et en arrivant à la cavalerie de la garde républicaine que Pierre Brandao trouve ses premières inspirations littéraires. Il écrit alors "Vengeance séculaire", qui donnera naissance à son héroïne, Isabelle Loubry, gendarme menant une enquête au cœur du jardin du Luxembourg, à Paris, et que l’on retrouvera dans chacun de ses romans suivants.

Dans la foulée, il écrit un deuxième roman policier intitulé "Rancune meurtrière", qui deviendra "l’assassin du premier mai". Présentée au concours littéraire de la gendarmerie, l'histoire marque le jury et propulse l’ouvrage en sélection finale.

Mobilité et inspiration

De Paris à la Charente-Maritime, en passant par le Centre Ouest, en quelques années et au fil de ses mutations, Pierre Brandao aura écumé une bonne partie du territoire français.

Une véritable aubaine pour cet écrivain en devenir, qui construit alors ses romans au gré de la découverte de nouveaux territoires et de nouveaux personnages.

« Après avoir passé avec succès l'examen d'officier de police judiciaire, j’ai obtenu ma mutation au sein de la brigade territoriale de Surgères, ce qui m’a permis de découvrir la belle ville de La Rochelle, dont je me suis inspiré pour rédiger "Quai des cicatrices". Ce roman pénètre l'intimité même du groupement de gendarmerie de La Rochelle, confronté à un tueur en série qui sévit à l'encontre de SDF », raconte le romancier.

Peu de temps après, Pierre Brandao rencontre une femme qui lui parle de son passé douloureux. Se sentant inspiré, il n’hésite pas une seconde et lui propose d'ancrer sa terrible vie dans un roman policier, où la partie sociale sera inspirée de la réalité et l'aspect criminel inventé.

Même dans ses romans, le gendarme s’interdit toute entorse au code de procédure pénale ! Il veut que l’histoire paraisse vraie, que les enquêtes qu’il raconte semblent crédibles. "Écart de mémoire" est un roman policier où l'empathie se fait fil conducteur du récit.

Des romans à énigmes, ancrés dans un contexte réaliste, voici le leitmotive de ce gendarme écrivain. Avec "Les ronds-points de la colère", inspiré des sculptures particulières des ronds-points du département de Charente-Maritime, il tape dans le mille ! Le livre le fait connaître auprès de nombreux journalistes et marque le début d’un véritable tournant pour Pierre Brandao, le début de la renommée.

Sur tous les fronts… jusqu’à l’édition

En parallèle de ses activités d'écrivain, Pierre Brandao est aussi connu pour son implication dans plusieurs groupes associatifs liés à la culture, et surtout à la poésie. Véritable couteau suisse, le littéraire a créé Edi’Lybris, une petite maison d’édition associative visant à rendre service à des auteurs sans renommée particulière. Cette dernière, qui regroupe déjà une quinzaine de passionnés, assure la diffusion des ouvrages en participant à des salons, en organisant des dédicaces chez les libraires ou encore en tenant des stands dans des vide-greniers.

Présent sur les réseaux sociaux, le travail de Pierre Brandao est à découvrir sur ses sites Internet http://www.edilybris.fr,  https://accents-poetiques.com, ainsi que sur sa page Facebook https://www.facebook.com/pierre.brandao, avec notamment son dernier polar, paru en 2015 : "Meurtres à la microcarte".