Sport

Aviron : la France accède aux demi-finales de la King’s Cup lors de la Régate royale de Henley

Auteur : l'adjudant Matthieu Albouy - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Après avoir battu l’équipe britannique en quart de finale, la sélection nationale militaire française d’aviron s’est inclinée en demi-finale de la King’s Cup, face aux rameurs américains, lors de la Régate royale de Henley, qui s’est déroulée du 3 au 7 juillet. Cette édition célébrait le centenaire de la Régate de la Paix de 1919.

Point culminant de l'été britannique, la Henley Royal Regatta, ou Régate royale de Henley, est la plus belle régate de rivière au monde, associant pique-nique édouardien et rendez-vous sportif d'élite. Cet événement vieux de 180 ans, qui tient une place de choix dans le cœur des Britanniques, au côté de Wimbledon et du Royal Ascot, a une marraine des plus prestigieuses en la personne de la Reine Élisabeth II.

Les courses, incluant des écoles, des universités et des équipes nationales, se disputent pendant plus de cinq jours, devant 100 000 spectateurs et de nombreuses caméras de chaînes de télévision qui les retransmettent en direct.

Cette édition commémorait également le centenaire de la Royal Henley Peace Regatta (Régate de la Paix) de 1919, organisée pour aider à guérir les blessures et à accélérer le retour à la normale des nations alliées et de leurs troupes après la Première Guerre mondiale. À l’époque, six nations, l’Australie, le Canada, la France, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis, s’étaient affrontées et avaient vu la victoire finale d’un équipage de l'armée australienne.

L’édition 2019 a donc réuni les équipages militaires des six nations d’origine, auxquelles se sont joints l’Allemagne et les Pays-Bas, pour disputer la King’s Cup. Une occasion d'honorer le passé, mais aussi de cimenter les alliances militaires d’aujourd’hui et de construire celles à venir.

Une nouvelle King's cup a été réalisée pour l’occasion et chaque nation participante a offert un métal symbolique pour sa conception. La France a ainsi offert quatre médailles Croix de guerre millésimées par année de conflit.

Ces équipages militaires se sont affrontés lors des trois derniers jours de la Henley Royal Regatta, avec, pour la première fois lors d'une épreuve d'aviron d'élite, des hommes et des femmes ramant dans le même bateau.

Fruit de la collaboration entre le centre national des sports de la défense et les moniteurs de sports militaires de l'école polytechnique, l'équipage français concourait sous le nom de Forces armées françaises aviron. Les onze athlètes avaient été sélectionnés dans les armées par un comité composé de trois cadres techniques sportifs, Yvan Deslaviere, Pascal Morel et Dominique Giudici et de l'adjudant Matthieu, responsable de l'aviron pour les armées et la gendarmerie.

En battant la sélection militaire du Royaume-Uni, le 5 juillet dernier, lors des quarts de finales, les Français ont remporté leur ticket pour la demi-finale, au cours de laquelle ils se sont inclinés face aux forces navales américaines. Une défaite qui n’en est pas vraiment une, car cette course est avant tout un symbole, comme l’a souligné le Centre national des sports de la Défense : « Outre l'enjeu sportif, l'objectif était de célébrer l'amitié par le sport et le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale avec l'organisation en 1919 de la régate de la paix. »