« Ensemble pour Lenoick » : défis réussis pour les sportifs au grand cœur !

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Fin juillet, deux défis sportifs ont été réalisés, sur terre et dans l’eau, pour aider la famille de Lenoick, un petit garçon de trois ans atteint d’un trouble génétique rare.

Après l’effort, le réconfort… d’avoir pu aider à sa manière une famille courageuse ! D’un côté, le cycliste Didier Bordet, gendarme à la brigade de Luzy, qui connaît le père de Lenoick, aujourd’hui adjudant, depuis son arrivée dans l’institution en tant que gendarme adjoint volontaire.

De l’autre, deux nageurs, Bruno Le Rolland, gendarme à la retraite précédemment affecté à la brigade nautique de Lézardrieux, accompagné de son ami nageur Christophe Gicquel.

Tous les trois ont souhaité soutenir Lenoick. Cet enfant, fils d’un couple de gendarmes affectés à Guingamp, est atteint du syndrome de Coffin-Sirris, un trouble génétique rare nécessitant encore de la recherche et des soins adaptés, particulièrement onéreux. Pour cette belle cause, nos sportifs se sont lancé deux défis, chacun dans sa discipline : 700 km à vélo pour l’un, 54 km à la nage pour les deux autres !

Le gendarme Didier Bordet s’élancera de Luzy, ce vendredi 26 juillet, pour un parcours de 730 km qui le conduira jusqu’à Guingamp.

« Ensemble pour Lenoick » : deux défis sportifs pour une même cause

L’un, gendarme d’active, va parcourir 730 km à vélo, du 26 juillet au 1er août. L’autre, gendarme à la retraite, s’apprête à effectuer, ce samedi 27 j..

Lire la suite...

Quelques coups de pédales...

Le gendarme Didier Bordet est donc parti de Luzy à vélo le 26 juillet et a réussi l’exploit de parcourir plus de 700 km en une semaine pour rejoindre Guingamp le 1er août. Ayant pédalé plus de cinq heures par jour, en bravant parfois les éléments bretons (vent et pluie), il a su garder le moral, réussissant à puiser en lui des forces insoupçonnées.

Tout au long de son périple, il a pu compter sur de nombreuses manifestations d’encouragement. À commencer par son épouse, qui l’a suivi en voiture durant les sept étapes, afin d’assurer la logistique. Le jour du départ, le comédien Jérôme Bertin, interprétant le rôle du commandant de police dans la série « Plus Belle la Vie », est également venu l’encourager en tant qu’ami et parrain de l’association.

Le cycliste quinquagénaire ayant fait le choix de passer par des communes abritant une brigade de gendarmerie, une chaîne de solidarité s’est naturellement mise en place pour l’accompagner dans ce défi. Didier Bordet a ainsi été hébergé et nourri dans les casernes ou par les municipalités de son parcours. Il a aussi eu l’heureuse surprise, à chaque étape, d’être rejoint par des camarades parcourant une partie de la route avec lui.

Au terme d’une dernière étape particulièrement difficile, en raison d’un dénivelé important, les jeunes cyclistes du club de Guingamp l’ont suivi sur les derniers kilomètres avant l’arrivée, où un public nombreux l’attendait en compagnie de Lenoick et de sa famille.

Quelques battements de palmes…

Bruno Le Rolland et Christophe Gicquel ont choisi, pour leur part, la nage pour aider ce petit garçon et ses parents, faisant du samedi 27 juillet une journée presque sans fin ! Équipés tous les deux d’une bouée de sécurité, d’une balise, de palmes et d’un tuba, ils se sont mis à l’eau au niveau du phare des Roches-Douvres peu après 6 heures du matin. En attendant le lever du jour, ils ont dû progresser à la lumière d’une lampe à éclat.

Quatre embarcations les ont suivis tout au long du parcours pour les orienter et assurer leur sécurité ainsi que leur ravitaillement. Parmi ces bateaux, une vedette de la brigade nautique de Lézardrieux, depuis laquelle d’anciens camarades de Bruno Le Rolland les ont encouragés.

Plus que l’intensité physique et les douleurs qui se sont fait ressentir au bout de quelques kilomètres, c’est l’effort psychique qui, pour les deux hommes, relève de l’exploit. Lorsque les membres du club de nage Paimpol Immersion les ont rejoints pour les derniers kilomètres, les deux nageurs ont trouvé un regain d’énergie, atteignant la côte plus tôt qu’ils ne l’avaient prévu.

Après douze heures de nage à se battre contre les courants, écopant de quelques stigmates sur la peau au passage, les deux sportifs ont ainsi atteint le port de Lézardrieux à 18 h 30. Ils ont été accueillis par un concert de sirènes de bateaux et un public formé notamment de gendarmes du groupement des Côtes-d’Armor.

... pour une noble cause !

Les deux défis sportifs ont d’ores et déjà permis de collecter plus de 5 000 euros pour Lenoick et sa famille. La collecte Leetchi, lancée sur Internet, se poursuit. Ces sommes viendront s’ajouter aux 10 000 euros déjà récoltés depuis la création de l’association « Ensemble Pour Lenoick ».

« À ceux qui osent, rien n’est impossible ! », a rappelé Bruno Le Rolland au terme de son aventure. Une belle leçon de dépassement de soi donnée par ces trois sportifs, heureux d’avoir pu contribuer à leur manière à cette belle cause.

Cet argent va notamment aider les parents de Lenoick à financer leurs déplacements vers des centres spécialisés et les nombreux soins nécessaires au petit garçon. Ils espèrent également pouvoir faire avancer la recherche sur le syndrome dont souffre leur fils. Des études sont en cours, notamment aux Pays-Bas et à Norfolk, aux États-Unis. Des dons sont possibles sur la page Facebook de l’association Ensemble pour Lenoick, ou par chèque à Ensemble pour Lenoick, rue des droits de l’Homme, 58170 Luzy.