Sport

Althéa Laurin, taekwondoïste de la gendarmerie

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo en taekwondo, la Maréchale des logis (MDL) Althéa Laurin vient de signer un contrat de Sportif de haut niveau de la Défense (SHND) avec la gendarmerie nationale. Portrait d’une jeune fille déterminée.

Althéa s’exprime avec une voix douce et des mots soigneusement choisis. Une voix qui tranche avec les cris qui accompagnent ses attaques quand elle enfile son « dobok », et la détermination dont elle fait montre pour faire parler la voie, celle des pieds et des mains, selon la signification du mot taekwondo.

La petite voix de cette grande jeune fille (1 mètre 84 sous la toise tout de même) est peut-être à l’origine de son choix de cet art martial sud-coréen. Sa maman voulait qu’elle s’inscrive à des cours de karaté, mais l’animatrice a mal compris la demande d’Althéa et lui a indiqué la mauvaise file… Elle a alors sept ans, mais le hasard fait parfois bien les choses, et elle va tout de suite adopter cette discipline, où ses longs compas font des ravages. « Pour moi, c’est comme un jeu d’échec, souffle-t-elle. L’aspect stratégique me passionne : trouver la faille, savoir faire preuve de patience, s’adapter à son adversaire. »

Le bronze au Japon… en attendant Paris

À Tokyo, cet été, elle participait, à 19 ans, à ses premiers Jeux olympiques, certainement pas ses derniers. « J’y pensais depuis l’âge de 11 ans. C’est un rêve qui est devenu une ambition, et finalement une réalité. C’était un moment très fort. C’était géant, je me sentais toute petite… »

Althéa décroche au Japon une belle et prometteuse médaille de bronze. « Sur le moment, j’étais très déçue parce que j’étais venue chercher l’or. Ensuite, j’ai relativisé. Je me suis rendu compte que c’était une belle performance, une expérience unique qui m’a fait grandir, et un indicateur de ce que je devais continuer à travailler pour la suite. »

La suite, ce sont évidemment les Jeux de Paris en 2024, même si d’autres compétitions importantes se dérouleront dans les mois qui viennent. « Je pense déjà à 2024 bien sûr, confirme Althéa, mais pour remporter l’or, je dois encore emmagasiner beaucoup d’expérience et progresser tactiquement, physiquement et mentalement. »

Pour parvenir à ses fins, Althéa pourra compter sur le soutien de la gendarmerie nationale, puisqu’elle vient de signer un contrat de Sportif de haut niveau de la défense (SHND). La nouvelle Maréchale des logis (MDL) rejoint ainsi une armée des champions composée notamment de 24 athlètes gendarmerie, dont 3 para-sportifs.

« C’est très important pour moi. C’est un soutien qui va me permettre d’avoir une préparation physique et mentale spécifique et de pouvoir atteindre mes objectifs pour les échéances à venir. C’est aussi une opportunité de reconversion au sein de la gendarmerie dans quelques années », se félicite cette étudiante en licence de gestion, dont l’emploi du temps, entre les cours à la fac et les 20 heures d’entraînement hebdomadaires, laisse peu de place au farniente !