Sport

Charlotte Bonnet, fidèle au rendez-vous des Jeux

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Tous droits réservés

Après Londres et Rio, Tokyo ! La maréchale des logis (MDL) Charlotte Bonnet, Sportive de haut niveau de la Défense (SHND) depuis 2014, poursuit son tour du monde olympique, avec l’espoir de ramener une seconde médaille, après celle en bronze de 2012.

La route pour Tokyo a été longue et semée d’embûches pour Charlotte Bonnet. Depuis le début de l’année, elle court, ou plutôt elle crawle, après cette « foutue qualif’ », qui lui glissait entre les doigts pour quelques centièmes de seconde, telle une anguille facétieuse plongée dans l’eau chlorée.

La pression était donc forte au moment de s’élancer du plot le 17 juin, lors des championnats de France de natation, à Chartres. Deux cents mètres plus loin, et un peu moins de deux minutes plus tard, elle pouvait enfin souffler. Pour 61 centièmes, dans le bon sens cette fois, elle verra bien le Japon. « Un énorme soulagement, reconnaît-elle. Je me sens beaucoup plus sereine désormais. » 

Après Londres et Rio, ce sont ses troisièmes Jeux olympiques. « J’en suis très fière ! C’est assez rare pour un sportif. Ça montre ma détermination, ma persévérance. » Et elle n’a que 26 ans ! Car Charlotte est un phénomène de précocité. Médaillée de bronze en 2012 à Londres, avec le relais 4x200 mètres nage libre, à seulement 17 ans !

Dans le grand bain à 3 ans...

Rien d’illogique finalement quand on regarde en arrière. Deux parents maîtres-nageurs, ça plante déjà le décor. « Je les suivais autour des bassins. Pour de simples questions de sécurité, il a fallu que j'apprenne rapidement à nager. » À trois ans et demi, Charlotte barbote donc dans le grand bain, en toute autonomie.

Puis ce sera le déménagement à Brest, où elle s’inscrit en sports études, avant le club de Nice, où elle atterrit en 2010, et où elle s’entraîne notamment avec Camille Muffat, de 5 ans son aînée, qui monte sur le podium avec elle à Londres.

Trois ans plus tard, en 2015, Camille décède dans un accident d’hélicoptère, en Argentine, à l’âge de 25 ans. Une épreuve terrible pour Charlotte, qu’elle a pu surmonter tant bien que mal, avec l’aide de sa psychologue.

… Dans l’armée des champions à 19 

Un an avant ce drame, Charlotte avait signé son contrat de sportif de haut niveau de la Défense (SHND). « Un représentant de la Fédération française de natation était venu nous parler de cette possibilité, se souvient Charlotte. Au début, j’étais assez sceptique, mais finalement, je suis très heureuse de représenter la gendarmerie dans les compétitions militaires, d’appartenir à cette équipe, de rencontrer d’autres sportifs, dans des disciplines très différentes. C’est une vraie chance. Et puis le sérieux, l’ordre, la rigueur, qui sont des valeurs de la gendarmerie, me correspondent bien ! »

À l’heure des derniers entraînements à Nice, à quelques jours du décollage pour le Japon, Charlotte ne se fixait pas d’objectifs. Elle est engagée dans quatre courses : le 100 mètres et le 200 mètres nage libre, le 4x100 et le 4x200 avec le relais. « La qualification a été difficile à obtenir, alors je me suis préparée à toutes les éventualités avec ma psychologue. J’ai envie de bien faire, mais le but reste surtout de n’avoir aucun regret. »

À noter : début des compétition de natation le 24 juillet, à midi avec le relais 4X100 m nage libre.