Sport

Jeux olympiques : Marjorie pagaie de Tokyo à Paris

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© A. Courtois / FFCK

La maréchale des logis Marjorie Delassus a intégré l'équipe des sportifs de haut niveau de la Défense (SHND) en début d’année. La canoéiste pourrait être une vraie chance de médaille pour la France, et pour la gendarmerie, aux Jeux Olympiques de Paris, dans trois ans. Et pourquoi pas dès cet été au Japon ?

Son regard habité, quand elle canote sur les eaux tumultueuses, en dit long sur sa détermination. Marjorie Delassus est une jeune fille qui sait ce qu’elle veut et qui voit loin. À l’heure de partir pour Tokyo, elle s’imagine déjà sur le bassin d’eaux vives des Jeux Olympiques de 2024, à Vaires-sur-Marne, où elle vient d’ailleurs de s’installer... « Le Japon, ce sont mes premiers Jeux, une expérience indispensable pour prendre des repères, apprendre à gérer l’événement. Mon ambition est d’arriver en finale, c’est-à-dire dans le top 10. Si j’y suis, tout devient possible, y compris une médaille. Mais mon vrai objectif, c’est 2024 ! »

Marjorie a découvert le canoë-kayak à 8 ans, lors d’une initiation avec son école. En Savoie, sur l’Isère, il s’agit d’une activité fréquente chez les jeunes. « J’ai tout de suite accroché, dit-elle. J’ai rapidement pratiqué en compétition, et à haut niveau depuis cinq ans. »

Une fratrie embarquée

Elle quitte les Alpes pour les Pyrénées, et rejoint le très réputé Pau Canoë-Kayak Club Universitaire, où avait été licencié, au siècle précédent, un certain Tony Estanguet, triple champion olympique à Sydney, Athènes et Londres, et président du comité d’organisation des Jeux de Paris.

Marjorie y fourbit ses rames et intègre le Pôle Espoirs en 2014, à 16 ans. Championne d’Europe des moins de 23 ans en C1 slalom en 2019, elle décroche sa qualification pour les Jeux en octobre 2020, avant de devenir pour la première fois championne de France, au mois d’avril dernier. Bref, tous les voyants étaient au vert avant le départ pour le pays du Soleil levant !

Marjorie a transmis le virus à toute sa famille. Son frère Anatole, 20 ans, et sa sœur Doriane, 18 ans, ont été embarqués par la passion de l’aînée ! « Toute la vie de la famille tourne un peu autour du canoë-kayak », reconnaît cette grande sportive qui pratique aussi le ski, la course à pied, la natation…

En octobre 2020, la fédération de canoë-kayak a proposé son dossier pour intégrer l’équipe des sportifs de haut niveau de la défense (SHND). Elle a signé son contrat avec la gendarmerie en février. « Un grand honneur pour moi. Tellement de grands sportifs sont passés par « l’armée des champions » ! Cela m’apporte une vraie sécurité financière qui me permet d’être totalement focalisée sur mes objectifs sportifs. »

Étudiante en kiné, un métier qui la passionne, Marjorie devrait obtenir son diplôme en juin 2022. Qui sait si elle n’aura pas alors, autour du cou, un souvenir du Japon...

À noter : L'entrée en lice pour les épreuves de canoë en C1 slalom se déroule le 29 juillet.