Sport

Les gendarmes de l’EGM 31/6 tiennent leur cap !

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Les gendarmes du peloton d’intervention de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 31/6 de Toulouse à leur arrivée au Cap Blanc-Nez.
Les gendarmes du peloton d’intervention de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 31/6 de Toulouse à leur arrivée au Cap Blanc-Nez.
© Tous droits réservés

Du 17 au 26 mai, huit militaires du peloton d’intervention de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 31/6 de Toulouse ont traversé la France du sud au nord au profit de deux associations de lutte contre le cancer du sein. Retour sur ce périple.

Il y a quelques semaines, Gend’info vous avait présenté ce projet un peu fou, né au sein de l’escadron de gendarmerie mobile 31/6 de Toulouse : rallier en dix étapes à vélo le Cap Blanc-Nez, dans le Pas-de-Calais, depuis le Cap d’Agde, dans l’Hérault, au profit des associations Vivre comme avant et SOS cancer du sein. Une cagnotte avait été mise en ligne à cette occasion.

De cap en cap pour la bonne cause

Huit gendarmes du peloton d’intervention de l’escadron de gendarmerie mobile 31/6 de Toulouse prendront part, au mois de mai, à un long périple cyclis..

Lire la suite...

Partis le 17 mai, les huit camarades ont pédalé sans relâche, souvent dans des conditions météo difficiles et le vent dans le nez. « Ça restera une très belle aventure avec beaucoup de bons souvenirs, mais c’était dur, raconte le gendarme Damien. On a commencé sous le soleil, mais ça s’est très vite dégradé. L’étape entre Laguiole et Saint Nectaire, notamment, a sans doute été la plus belle, avec des vues inoubliables sur le massif central, mais aussi la plus compliquée, avec de la pluie, de la grêle, et même de la neige ! »

Damien se remémore l’accueil formidable des gendarmes de la brigade de Laguiole à leur arrivée dans l’Aveyron, puis du départ le lendemain, « où les commerçants nous ont offert du fromage, de la saucisse sèche, ainsi qu’une bouteille de vin choisie par Sergio Calderon, chef sommelier de la famille Bras. »

Les vaches disputent le sprint

Les militaires du peloton d’intervention, transformé en peloton cycliste, se souviendront également longtemps de ce troupeau de vaches lancé à vive allure, qui les a accompagnés sur plusieurs centaines de mètres, ainsi que du renfort d’élèves officiers de la 127e promotion, avec leur commandant de groupement, entre Châtillon-sur-Seine et Epernay. « Deux d’entre eux ont même terminé l’étape ! Je peux vous dire qu’ils nous ont fait beaucoup de bien dans les relais ! »

Les trois dernières étapes ont été particulièrement difficiles, avec la fatigue accumulée et le vent de face sans pitié, mais l’arrivée au Cap Blanc-Nez s’est heureusement déroulée sous le soleil nordiste, et sous escorte du peloton motorisé de Boulogne-sur-Mer sur les dix derniers kilomètres, dont la dernière montée, réputée pour sa difficulté.

Sous la banderole d’arrivée, le comité d’accueil était composé de nombreux camarades de la compagnie de gendarmerie départementale de Calais, du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Marck, et de la brigade territoriale autonome (BTA) de Marquise.

À peine les chaussures décrochées, les discussions allaient bon train sur la suite à donner à cette belle initiative. « L’association De cap en cap va perdurer, assure Damien. Peut-être que nous repartirons tous ensemble, ou bien nous passerons le relais à d’autres camarades qui relieront deux autres caps. » Affaire à suivre !