Culture

À la découverte des symboles militaires

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Service historique de La Défense

Proposé par le Service historique de la Défense (SHD), sous la direction d’Hervé Drévillon et Édouard Ebel, l’ouvrage collectif Symbolique, traditions et identités militaires explore l’importance de la fonction symbolique dans les sociétés militaires. Une étude étendue à la gendarmerie à travers cinq textes.

Pour les militaires, les questions liées aux repères, à l’identité et à la militarité sont essentielles. L’ouvrage collectif Symbolique, traditions et identités militaires se penche sur ces représentations, notamment à travers cinq études consacrées à la gendarmerie.

Le premier de ces textes rappelle que la gendarmerie nationale a été modelée selon des standards militaires. Mais l’évolution de la militarité de cette « institution à part », selon la formule de Napoléon, est aussi le récit d’une quête d’identité autonome, adaptée au large spectre de ses missions.

Dans la deuxième étude, l’ouvrage se penche sur l’uniforme du gendarme, qui acquiert une nouvelle importance à la fin du XIXe siècle, en n’étant plus seulement l’habit qui le distingue de la population, mais aussi l’élément matériel qui le distingue du policier. D’autre part, cet uniforme devient l’objet d’une question d’importance : la tenue est-elle bien adaptée aux missions et ne doit-on pas sacrifier la tradition aux fonctions ? 

Le glaive, la balance et la grenade

Le troisième article retrace les différentes étapes de la diffusion des insignes militaires dans la gendarmerie, depuis leur apparition tardive, vers 1930, jusqu’à l’engouement constaté à partir de la fin du XXe siècle, en passant par le tournant de la Seconde Guerre mondiale, à l’issue de laquelle l’insigne est devenu un outil de valorisation et de communication.

Le quatrième texte part à la découverte des insignes dans les gendarmeries du monde, notamment à travers l’exposition internationale, organisée par le musée de la gendarmerie à Melun, en 2017-2018, qui a permis d’en découvrir la variété et les symboles communs à ces institutions : le glaive, la balance et surtout la grenade, véritable signature visuelle gendarmique.

Enfin, une étude recense les ressemblances et les différences entre les diverses unités montées, et analyse l’adaptation de la remonte et du dressage aux besoins particuliers du protocole des États. 

À noter : Pour commander l’ouvrage, cliquez sur ce lien