Culture

Joël Lemaine, aquarelliste de la gendarmerie

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Pour la première fois cette année, la gendarmerie nationale a décidé d’agréer ses propres peintres, sculpteurs et photographes. Gend’Info vous présentera chacun des onze artistes, dans une série de portraits qui débute avec Joël Lemaine, l’un des sept peintres retenus.

Avec ses maisons de bois colorées, ses îlots inhabités, ses côtes souvent enneigées, Saint-Pierre-et-Miquelon a tout pour séduire les peintres. C’est là, sur ce petit bout de France au sud de Terre-neuve, que Joël Lemaine a vu le jour il y a 66 ans. Là aussi qu’est née sa passion pour la peinture. Enfant, il aimait observer les artistes, autochtones ou de passage, reproduire sur la toile les paysages de l’archipel, et ne manquait jamais une exposition.

Il apprend le dessin en autodidacte, et cette passion deviendra profession. Menuisier, puis architecte d’intérieur en bureau d’études, crayon et carnet le quittent rarement. « Le dessin a toujours fait partie de ma vie », résume-t-il.

Arrivé en métropole en 1976, à l’âge de 22 ans, Joël Lemaine a souvent bougé, de La Rochelle à Vannes, mais jamais trop loin de la mer. Il a fini par poser ses valises à Aytré, en Charente-Maritime, et a commencé à peindre pour son loisir à l’approche de la retraite. Avec, bien sûr, comme principale inspiration, « tout ce qui touche à la marine. »

Dans un style qu’il définit comme « hyper réaliste », ses aquarelles embarquent leur visiteur à bord des doris de pêche, ces bateaux à fond plat que son père menuisier construisait, et que Joël maquette aujourd’hui, à sa mémoire, à l’échelle 1/10e. Sur ses toiles, le pinceau fixe les détails : cordages, poulies… « On m’en demandait tout le temps, j’avais peur d’être enfermé, alors je me suis aussi diversifié. J’ai peint des paysages, des portraits. »

« Un titre prestigieux »

Joël expose rapidement ses œuvres et, en 2013, il est sélectionné par la commission philatéliste pour réaliser un premier timbre sur le thème des vieux gréements. Une trentaine d’autres suivront, notamment un bloc sur le voyage inaugural de l’Hermione, réplique de la frégate sur laquelle embarqua La Fayette en 1780, pour lequel il reçoit le grand prix de l’Art Philatélique en 2015.

© Joël Lemaine

En 2019, il peint, toujours pour un bloc timbre commémoratif, un monochrome de la remise du drapeau au commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Pierre-et-Miquelon. « Cette expérience enrichissante m’a donné envie de présenter ma candidature au titre de peintre des armées avec spécialité gendarmerie, explique-t-il. C’est un titre prestigieux et je suis honoré d’avoir été retenu. »

À la demande de la gendarmerie, Joël Lemaine a réalisé une peinture, ajoutée au catalogue de l’exposition de la Fondation Charles de Gaulle qui aura lieu au mois d’avril prochain, inspirée du voyage officiel du Général à Saint-Pierre-et-Miquelon.

© Joël Lemaine

 

Le jury des peintres de la gendarmerie a rendu son verdict

Mercredi 16 septembre, au Château de Vincennes, le jury 2020 des peintres de la gendarmerie s'est réuni sous la présidence du général Laurent Bitouze..

Lire la suite...