Culture

Le Musée de la gendarmerie expose ses trésors mécaniques

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Gendarmerie/SIRPA/B.LAPOINTE

Pour la première fois, des véhicules anciens de la gendarmerie sont exposés en nombre au salon Rétromobile, jusqu’au 20 mars, à Paris, au parc des expositions de la porte de Versailles. À cette occasion, un fonds de dotation a été créé, afin d’accompagner le Musée de la gendarmerie dans son activité de collection, de restauration et de rayonnement de ce patrimoine.

C’est un immense hangar, situé à Melun. À l’abri des regards, plus de 80 véhicules anciens de la gendarmerie - voitures, motos, blindés, camions, bus, hélicoptère, bateau, motoneiges - reposent là, sagement. Réformés en leur temps par l’arrivée de modèles plus récents, ils profitent d’une retraite bien méritée. La dernière arrivée en date, une Renault Megane RS, affiche fièrement ses 394 000 kilomètres au compteur. On peut dire qu’elle a roulé sa bosse.

De temps à autre, l’un de ces véhicules obtient un bon de sortie, pour participer à un événement. Il se met sur son 31 pour rouler des mécaniques, le temps d’une journée ou deux, pour le plus grand plaisir des amateurs de vieilles carrosseries.

Mais pour la première fois, à l’occasion du salon Rétromobile, qui se tient jusqu’au 20 mars à Paris, au parc des expositions de la porte de Versailles, c’est une vraie sortie de groupe ! Onze véhicules sont en effet exposés sur le stand de 400 m² du Musée de la gendarmerie, afin de témoigner de la richesse et de la diversité de cette collection.

Les visiteurs peuvent notamment y admirer la superbe Alouette II, hélicoptère engagé en 1959 lors de la rupture du barrage de Malpasset, une Renault Alpine A310, une estafette Renault, une Matra Djet 6, une moto Norton 750 Atlas, utilisée pour la sécurisation du Tour de France dès 1966, ou encore une motoneige qui servait aux patrouilles lors des Jeux Olympiques d’Albertville en 1992.

©GEND/SIRPA/B.LAPOINTE

Un fonds de dotation pour faire revivre ces bijoux

À l’occasion de ce salon, a été lancé officiellement, le 15 mars, le Fonds de dotation du musée de la gendarmerie nationale (FDMGN), créé afin d’accompagner le Musée dans son activité de collection, de restauration et de rayonnement de ce patrimoine. « Il s’agit d’un projet novateur et innovant, qui s’appuie sur des réservistes citoyens, qui ont mis au service de ce projet leurs compétences juridiques, financières et organisationnelles, et qui s’adresse aux citoyens, précise Bruno Gauttier, président du FDMGN. Il a été mené en complémentarité avec le Musée de la gendarmerie et la Société des amis du musée de la gendarmerie. »

« Nous savons que les Français sont attachés au contact avec les gendarmes, que symbolisent aussi ces véhicules, souligne le général d’armée François Gieré, Inspecteur général des armées gendarmerie (IGAG), à l’initiative du projet. Avec la création de ce fonds de dotation, nous allons les restaurer, grâce notamment à des mécènes fondateurs, qui sont proches de la gendarmerie : ASO, c’est le Tour de France et le Dakar bien sûr, et ACO, les 24 heures du Mans, dont la gendarmerie sécurise le circuit et ses accès. Sans oublier le groupe Motul, qui est un acteur majeur du monde automobile. »

Ancien président de la Fédération internationale automobile (FIA) et actuellement envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la prévention et la sécurité routière, Jean Todt, lui-même réserviste citoyen, est le quatrième membre fondateur du fonds et son président d’honneur. « Quand le général Gieré m’a proposé d’occuper cette fonction, j’ai naturellement accepté. La gendarmerie possède des bijoux qui font partie du patrimoine automobile et qu’il faut faire revivre. »

À noter : Retrouvez le stand du Musée de la gendarmerie nationale dans le pavillon 7.3 du Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris, jusqu'au 20 mars