Culture

« Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l’excellence » : les dessous d’une unité de prestige

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
© Garde républicaine - ADJ F. Bourdeau

Le 16 septembre prochain sera publié, aux éditions Glénat, le premier livre du maréchal des logis chef Patrick Boissier, intitulé "Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l'excellence". Alliant textes et photographies, celui-ci présente le régiment de cavalerie dans son intégralité.

Qui n’a jamais été pris d’admiration au passage des cavaliers de la Garde républicaine lors du défilé du 14 juillet ? Ses centaines de chevaux, dont le martèlement des fers résonne sur les pavés parisiens, ses gardes au casque doré et à la longue queue-de-cheval, sa fanfare accompagnant chaque déplacement… Le régiment de cavalerie est un incontournable ! Connu à travers le monde, il est un symbole du prestige français et du protocole d’État. Mais avez-vous pleinement connaissance de tout le travail qui se cache derrière ces représentations ? C’est ce qu’a souhaité partager le maréchal des logis-chef (MDC) Patrick Boissier à travers son ouvrage, « Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l’excellence ». Au fil des pages, il révèle les dessous de cette unité de renom aux multiples facettes.

Un auteur initié

1982. C’est cette année-là que le MDC Boissier rejoint le régiment de cavalerie de la Garde républicaine. Il ne le quittera qu’en 2007, pour rejoindre le cabinet communication de la Garde. Cavalier, communiquant… Deux fonctions que le gendarme, à l’heure de la retraite, concilie à travers un seul et même projet, la rédaction d’un ouvrage dédié au régiment de cavalerie. Celui-ci aurait toutefois pu ne jamais voir le jour, car si le MDC Boissier apprécie l’écriture à ses heures perdues, il n’avait en effet pas envisagé de se lancer dans un tel projet.

C’est donc à un véritable concours de circonstances qu’on doit cette publication… Ou plutôt à une rencontre avec un photographe souhaitant réaliser un livre sur le régiment. En effet, lorsque ce dernier obtient le feu vert pour son projet, le journaliste avec lequel il devait collaborer n’est plus disponible. Le photographe se tourne alors vers le MDC Boissier. Naturellement, ce dernier accepte. Passionné par cet univers qu’il connaît comme sa poche, il souhaite en livrer un portrait factuel, une description précise de ce qu’il est aujourd’hui.

« Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l’excellence » n’est ni une autobiographie, ni un historique des évolutions de l’unité. Le MDC Boissier a voulu décrire cette unité dans ses missions, son fonctionnement et son articulation. En ayant lui-même fait partie, il y a bien sûr ajouté quelques anecdotes, mais rien de plus.

Du centre d’instruction de Saint-Germain-en-Laye à la réforme des chevaux, tout est abordé, dans les moindres détails !

Les dessous du régiment de cavalerie

Savez-vous que, derrière ces cavaliers et leurs montures, se cachent une multitude d’acteurs, véritables rouages sans lesquels la machine ne pourrait fonctionner ? Probablement pas. Au fil des pages, vous découvrirez le travail remarquable effectué par les maréchaux-ferrants (« pas de pied, pas de cheval ! ») ou encore les vétérinaires équins. Sans oublier la fabrication des selles et des casques, ainsi que la restauration des sabres, indispensables au prestige !

Vous apprendrez aussi, qu’au-delà de toutes les missions liées au protocole d’État, les cavaliers sont mobilisés quotidiennement dans le domaine de la sécurité publique. Postes à cheval dans les zones touristiques, prévention contre la délinquance, maintien de l’ordre au Stade de France… Ce sont également eux ! Car un cavalier de la Garde républicaine est avant tout un gendarme, habilité à faire respecter la loi.

Pour le MDC Boissier, cette œuvre est par ailleurs l’occasion de mettre en avant un aspect peu évoqué du régiment de cavalerie, que l’on pourrait appeler « l’après régiment ». Après avoir fidèlement servi pendant plusieurs années, après avoir battu de multiples fois les pavés des Champs-Élysées, que deviennent les chevaux ? À l’instar de leurs cavaliers, eux aussi méritent une retraite paisible. Si certains sont récupérés par les militaires, ce n’est pas le cas pour tous. Et on comprend bien pourquoi quand on sait qu’un cavalier est amené à avoir plusieurs montures au cours de sa carrière ! Pour ceux-là, direction la Normandie, afin d’être recueillis par l’association Lyne Gueroult, où 90 chevaux de la garde profitent actuellement de leur retraite. Une partie des droits du livre sera d’ailleurs reversée à cette association, afin de rendre hommage à ces fidèles destriers et de contribuer à leur assurer un avenir serein.

Les coulisses de l’excellence

Tous ces aspects sont évoqués en détail dans « Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l’excellence ». L’ouvrage se veut accessible à tous, afin que les néophytes, mais également les personnels de l’Institution, puissent se rendre compte de ce qu’est réellement le régiment de cavalerie, au-delà de l’apparat et du cérémonial.

Et lorsque l’on demande au MDC Boissier pourquoi il a choisi ce titre, c’est spontanément qu’il répond : « Car la cavalerie se doit d’être excellente au quotidien ! Dans les services d’honneur, il n’y a pas de place pour l’approximatif. C’est l’image de la gendarmerie qui est en jeu. Mais pour atteindre l’excellence, pour être opérationnel le jour J, il y a tout un travail préparatoire en coulisses. C’est ce que j’ai souhaité montrer ». Ce bel hommage à la cavalerie a été salué par le commandant du régiment en personne, le colonel Gabriel Cortes, qui en a rédigé la préface.

Et pour conclure à la manière des cavaliers de la Garde républicaine : « Et par Saint Georges, vive la cavalerie ! »

 

Publié aux éditions Glénat, « Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine, dans les coulisses de l’excellence » sera disponible en librairie à compter du 16 septembre 2020.

À l’occasion de cette sortie, le maréchal des logis-chef Patrick Boissier sera présent au Musée de la Gendarmerie le 19 et 20 septembre, pour les journées du patrimoine.