Culture

Les peintres des armées exposent à Colombey

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
© GEND/SIRPA/MARIE-AMELIE SAILLET

Pour la première fois, les cinquante-huit artistes officiellement agréés par les armées, dont les onze de la gendarmerie nationale, ont réuni leurs talents dans le cadre d’une exposition exceptionnelle, intitulée « Charles de Gaulle, fragments d’une épopée », qui se tient jusqu’au 30 décembre, à Colombey-les-Deux-Églises. Deux journées événementielles étaient organisées, les 9 et 10 juillet, par la gendarmerie.

Les Colombéens l’appellent « la montagne », ce qui doit faire sourire les Haut-Alpins et les Pyrénéens. Le général de Gaulle, qui connaissait le poids des mots, était plus proche de la réalité quand il déclarait, en 1954 : « Voyez cette colline. C’est le lieu le plus élevé de Colombey. On y édifiera une croix de Lorraine quand je serai mort. » De fait, c’est au sommet de cette butte boisée, avec vue sur le village, que se dresse, depuis 1972, une monumentale croix de Lorraine en béton armé, revêtue d'un parement en granit rose. Elle marque l’entrée de l’actuel Mémorial Charles de Gaulle, inauguré en 2006 par le président Jacques Chirac.

Air, Terre, Marine et Gendarmerie réunies

C’est dans le cadre prestigieux de ce lieu de mémoire que se tient, jusqu’au 30 décembre 2021, l’exposition nationale des peintres des armées « Charles de Gaulle, fragments d’une épopée », qui retrace la vie du Général, de la campagne de la libération à l’héritage laissé de nos jours dans les institutions militaires. Davantage qu’un simple parcours chronologique ou thématique, c’est un véritable portrait de Charles de Gaulle qui se dessine dans cette exposition, à travers les regards, parfois très personnels, des cinquante-huit artistes des armées.

© GEND/SIRPA/MARIE-AMELIE SAILLET

« Cette exposition temporaire est à l’initiative de l’armée de l’Air et de l’Espace, explique le colonel Laurent Vidal, délégué au patrimoine de la gendarmerie nationale. Ils ont proposé ce rassemblement inédit des artistes agréés des armées de l’Air, de Terre et de la Marine nationale, auxquels se sont ajoutés ceux de la gendarmerie. C’était en effet le meilleur moment pour nous, puisque nous venions, pour la première fois, de désigner nos propres artistes. Nous avons ainsi pu monter dans le train et participer à ce projet, en apportant la touche de la gendarmerie. Nous avons soumis le sujet à nos peintres, sculpteurs et photographes. Certains ont proposé leurs propres idées, et nous avons orienté les autres. Au final, cette quinzaine d’œuvres reflète bien la diversité de styles qui avait motivé notre sélection en septembre 2020. »

Deux escortes en miroir

À l'occasion de cette exposition, quatre événements ont été ou seront organisés par les différentes Armes. Celui de la gendarmerie s’est déroulé sur deux journées, les 9 et 10 juillet. Pour l’occasion, l’entrée de l’exposition était marquée par la présentation de deux escortes présidentielles, placées en vis-à-vis, comme dans un miroir déformé par le temps. D’un côté, une Citroën DS de 1959, appartenant au Mémorial, accompagnée d’une BMW R50/2 de 1960. De l’autre, le DS 7 Crossback ayant servi lors de l’investiture du président Emmanuel Macron, prêté par « L’aventure Peugeot Citroën DS », flanqué d’une BMW 1200 RT de l’escadron motorisé de la garde républicaine.

© Eric Chaminade

 

© Eric Chaminade

À l’intérieur du bâtiment, un quintet de ladite Garde baignait l’exposition d’effluves musicaux, en alternance avec le Chant des partisans. Plusieurs artistes de la gendarmerie étaient présents lors de ces deux journées. Le sculpteur Virgil a ainsi réalisé, en diverses séances de pose, le buste d’un élève-gendarme de l’école voisine de Chaumont. Deux autres élèves présentaient par ailleurs la formation en école. Juste à côté de l’installation de Virgil, l’aquarelliste Joël Lemaine peignait en détaillant son travail aux visiteurs. « En aquarelle, il n’y a pas de peinture blanche, explique-t-il. Le seul blanc est celui du papier. J’utilise une gomme liquide, que j’enlève après avoir peint pour faire réapparaître les blancs. »

Debout devant le paysage, palette et pinceaux en main face à son chevalet, Catherine Roch de Hillerin réalisait le portrait d’un gendarme d’un Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) sur sa moto. « Le résultat n'est pas l'essentiel, considère-t-elle. Par expérience, je sais que ce qui intéresse les gens, c’est avant tout de voir l’artiste faire, et de pouvoir lui poser des questions. » Sur la toile, la Yamaha 1300 FJR prend forme au fil des minutes. « La peinture, ce sont des formes et des couleurs, détaille-t-elle en joignant le geste à la parole. Je mets des masses de matière, puis je dessine à l’intérieur de cette masse en enlevant de la matière. »

Nicole Motte avait choisi de s’asseoir un peu plus loin, devant l’escalier menant à l’entrée principale, afin d’avoir une vue imprenable sur la croix de Lorraine. Le photographe Éric Chaminade enchaînait lui les prises de vue aux quatre coins de l’exposition, tandis que Mirota présentait certaines de ses œuvres gendarmiques.

Des témoignages sur la gendarmerie d’aujourd’hui

« Les artistes agréés en février dernier créent un lien entre notre institution et le monde artistique, se félicite le colonel Vidal, lui-même peintre à ses heures. Nous montrons ainsi que nous avons aussi cette sensibilité. À court et moyen termes, c’est un outil de communication très intéressant, auquel nous n’avions pas accès jusqu’à présent. À plus long terme, c’est important au plan patrimonial, car ces regards très personnels resteront comme des témoignages sur la gendarmerie d’aujourd’hui. »

Les onze artistes ont obtenu leur agrément pour une durée de trois ans, renouvelable deux fois sur décision d’un nouveau jury. À l’issue de ces trois périodes triennales, ils seront titularisés. D’autres artistes seront agréés par la gendarmerie dans les prochaines années, dans la limite de 20, comme pour les autres armées.

À noter : « Charles de Gaulle, fragments d’une épopée », au Mémorial Charles de Gaulle de Colombey-les-Deux-Églises, de 9 h 30 à 19 heures, tous les jours, jusqu’au 30 septembre 2021, et de 10 heures à 17 h 30, tous les jours, sauf le mardi, jusqu’au 30 décembre 2021.