Histoire

La gendarmerie dans le monde

Auteur : l'aspirante Noémie Carlus - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Photo prise à l'occasion du marché de Taourirt (Maroc) en 1912 : " La brigade assurant l'ordre dans l'intérieur du marché "
© Service historique de la Défense

Force de l’intérieur, la gendarmerie nationale a été amenée au cours de son histoire à servir hors de France, comme en témoignent ses batailles inscrites au drapeau.

Apparue à la fin du Moyen-Âge, la maréchaussée a pour vocation première d’assurer la police aux armées. Cette mission de prévôté a conduit son personnel à suivre les soldats français dans les campagnes militaires hors des frontières, notamment lors de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748). Quelques décennies plus tard, une autre prévôté accompagne le corps de Rochambeau envoyé pour aider les insurgés durant la guerre d’indépendance américaine. La Révolution et l’Empire offrent une nouvelle occasion d’exportation du modèle gendarmerie.

Ainsi, la gendarmerie impériale étend son service à l’Allemagne, au Luxembourg, à la Hollande, à la Belgique, à l’Espagne et à l’Italie. Après la chute de Napoléon Ier, des prévôtés sont encore envoyées dans des opérations limitées en Espagne en 1823 et en Belgique en 1832. Au cours du XIXe siècle, la gendarmerie coloniale participe à la constitution du second empire colonial français via des missions de prévôté. Pendant la phase de pacification, des postes et des brigades sont implantés pour quadriller le territoire selon le modèle métropolitain en Algérie, en Indochine, en Tunisie, à Madagascar et au Maroc.

À la suite du premier conflit mondial en 1919, les troupes françaises stationnées en pays rhénans sont constituées en une « armée française du Rhin ». À la fin de la seconde guerre mondiale, dès avril 1945, les gendarmes font partie intégrante des forces françaises d’occupation en Allemagne et en Autriche.

Après la période de décolonisation, la présence de la gendarmerie dans le monde vise à l'accomplissement de diverses missions. Outre la traditionnelle mission de prévôté, la France coopère à l’aide technique d’anciens États colonisés par l’intermédiaire d’accords de coopération militaire. Aujourd’hui, l'évolution des missions de maintien de la paix et la montée en puissance des composantes de police internationale ont accentué et diversifié l'engagement des militaires de l’Arme sur les théâtres d'opérations extérieures.