Interviews

En selle avec les gendarmes à moto tout-terrain de la Communauté de brigades (Cob) de Saint-Jean-de-Monts

Auteur : Antoine Faure - photos GAV T. Doublet - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© GEND/SIRPA/T.DOUBLET

Le maréchal des logis-chef (MDC) Geoffrey et le gendarme Arnaud, tous deux affectés à la brigade de proximité de Saint-Jean-de-Monts, ont été formés avant l’été à la conduite de motos tout-terrain, indispensables sur un territoire où plages, dunes et forêts de pins font partie du paysage.

S’étirant le long de la mer sur plus de 25 kilomètres, la forêt domaniale des Pays-de-Monts divise la commune de Saint-Jean-de-Monts entre son centre-ville, à l’est, et son front de mer, à l’ouest. Il n’est pas rare de voir patrouiller sur ces sentiers, entre pins maritimes et parasols, des gendarmes sur des motos tout-terrain. « Ces véhicules sont les plus appropriés pour se déplacer dans la forêt, mais aussi sur les plages », explique le maréchal des logis-chef (MDC) Geoffrey, de la brigade de proximité de Saint-Jean-de-Monts, qui a été formé à la conduite de ces motos juste avant l’été. « Nous avons trois motos à la Communauté de brigades (CoB), mais nous n'avions plus assez de personnels aptes à les utiliser, précise-t-il. Notre commandant, le lieutenant Nicolas Juste, a tenu à ce que plusieurs d’entre nous suivent une formation, et je me suis porté volontaire, comme cinq autres de mes camarades. »

Les six gendarmes ont été formés pendant deux  jours, dans leur brigade, par un major, motocycliste de la gendarmerie. Ils sont donc désormais sept à pouvoir piloter ces motos tout-terrain. C’est le cas du gendarme Arnaud, également affecté à la brigade de proximité de Saint-Jean-de-Monts. « Elles sont très maniables, non seulement pour les étendues sableuses et les forêts, mais aussi en ville. Elles sont indispensables pour une recherche de personne disparue, pour se projeter rapidement dans des endroits accessibles uniquement à pied. Elles nous permettent également de patrouiller en forêt pour prévenir les risques d’incendie, particulièrement forts cet été. Enfin, elles peuvent aussi être dissuasives lors d’une intervention sur un rodéo urbain, car les jeunes savent qu’on pourrait facilement les suivre partout, et ne prendront donc pas la fuite, ce qu’ils seraient tentés de faire en présence d’une voiture qu’ils savent pouvoir semer. »